Evolution du Bonus Groupe : de bonnes intentions à concrétiser

Evolution du Troisième changement en trois ans pour le Bonus Groupe ! Bien que la CFE CGC se félicite de l’introduction d’un objectif « Planète », il serait bon de stabiliser les critères afin de favoriser la lisibilité pour les salariés. Quant au critère People, la CFE CGC alerte sur le fait que l’indicateur TCIR soit déjà utilisé dans d’autres éléments de la rémunération. Néanmoins les évolutions vont dans le bon sens. Reste à avoir une pondération plus équilibrée.

Le Groupe a fait évoluer ses critères de Bonus Groupe en introduisant un critère « Planète » avec la réduction des émissions de CO2 et un critère « People» avec le « TCIR ».

Cette évolution appelle plusieurs commentaires :

C’est le troisième changement en 3 ans pour le Bonus Groupe. Le système de rémunération variable, défini par 3 composantes (Bonus Groupe / Bonus Equipes / Intéressement), est déjà suffisamment complexe et ces changements annuels n’aident pas à l’appropriation du système. Il serait donc souhaitable que les critères soient définis une bonne fois pour toutes et ne changent pas chaque année.

L’introduction de critères « Planète » et « People » font sens par rapport à la stratégie des 3P, même si leurs pondérations restent très en retrait par rapport aux critères économiques. Au-delà de cette cohérence par rapport à la stratégie de l’entreprise, la réduction drastique des émissions de CO2 sous 3 ans est un enjeu vital pour l’Humanité (voir le rapport du GIEC).

La CFE-CGC soutient donc cette évolution et appelle à une pondération plus importante dans les années à venir. Elle souligne également que cette diminution des émissions de carbone est davantage liée aux investissements qu’au comportement des salariés, même si chacun a un rôle à jouer individuellement. Elle exhorte donc l’entreprise à tenir ses engagements d’investissement, voire les accélérer, quitte à oublier provisoirement ses objectifs de rentabilité ou de Free Cash Flow. On ne peut pas toujours tout concilier et l’avenir de l’Humanité est plus important que la rentabilité court terme. Enfin, la principale source d’émission de CO2 étant sur « le scope 3 » (extraction et transports des matières premières, semi-finis et produits finis), il importe que de solides moyens soient alloués sur ce périmètre.  

Concernant le critère « personnes », la CFE-CGC s’interroge sur la pertinence du critère du TCIR. En effet, la sécurité devrait être une évidence pour toutes/tous. En outre, il y a redondance de ce critère qu’on retrouve dans le Bonus Groupe, dans les critères d’intéressement locaux et parfois dans les objectifs individuels. Un objectif doit se retrouver dans une des 3 composantes de la rémunération variable, pas dans plusieurs composantes en même temps.  Il y a donc une réflexion à mener sur les indicateurs « personnes » à retenir par composante et la CFE-CGC aura des propositions à mettre en avant lorsqu’elle sera associée à la réflexion.    


Dominique Bourgois, délégué syndical, le 6 mai 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.