EN VIDEO : ACTIVE OFFICE ARRIVE CHEZ MICHELIN

Dans le cadre des projets de réaménagement des locaux Clermontois, l’entreprise envisage le déploiement de l’« Active Office » : les salariés doivent partager des m² et des bureaux selon leur présence sur site. Les salariés ne sont pas physiquement présents tous les jours à leur poste de travail après l’essor du télétravail. Au-delà des aspects matériels, c’est aussi une nouvelle façon de travailler ensemble que Michelin veut promouvoir.

Avec l’avènement du télétravail et des évolutions sociétales, il est évident que l’organisation du travail a évolué et va continuer à évoluer.

La CFE-CGC salue la prise en compte de ces évolutions. Nous les avions d’ailleurs mises en avant lors de la négociation « télétravail ».

L’entreprise annonce que dans cette étude « Active Office », les besoins des équipes seront analysés et pris en compte pour la création de leurs futurs espaces de travail.

Nous alertons sur l’impact que la perte d’un bureau personnel peut avoir sur certains salariés. Ce « change » devra donc être rigoureusement accompagné. Cette évolution pose également des questions autour de l’engagement, du sentiment d’appartenance à une équipe, de la convivialité…

La CFE CGC restera vigilante sur le déploiement et le suivi de la démarche et demande à l’entreprise de mettre en place une information périodique des élus dans le cadre des instances représentatives.

Le pôle QVT CFE-CGC Michelin, le 31 mars 2022.

4 réponses à “EN VIDEO : ACTIVE OFFICE ARRIVE CHEZ MICHELIN”

  1. David dit :

    Bonjour,
    Je reste sceptique sur cette démarche. Je fais parti des gens qui ont besoin d’un poste adapté en raison de mes problèmes de vues. Je fais comment si mon poste est pris car je ne suis pas arrivé à 6h30 pour l’occuper ? Je rentre chez moi ? C’est la journée du patron ?

  2. DOMF/ME/PE dit :

    L’entreprise commence à préparer les esprits pour les prochains déménagements (Brezet vers Carmes, ME/PE vers Ladoux).

    Il serait intéressant qu’il soit laisser le choix aux salariés de pouvoir conserver un bureau physique dédié : tout le monde ne télétravaille pas, il y a moins de déplacements pour réduire les SG&A.
    Par ailleurs le numérique ne remplace pas l’usage d’ouvrages physiques, de matériel qu’il va bien falloir continuer à stocker au plus proche des bureaux des personnes qui les utilisent.

    Certains plateaux réaménagés ces dernières années aux Carmes ne respectent plus du tout la norme Afnor NF X 35-102, et de loin.

    Que ça s’appelle « active office » ou « flex office » merci par avance d’y être vigilant pour le bien de tous.

    • Laure TRINCAL dit :

      Bonjour DOMF-ME-PE, merci pour vos remarques pertinentes et vos suggestions que nous allons relayer auprès des GT auxquels nous participons. Toutes vos contributions alimentent la discussion avec l’entreprise. Nous proposons, discutons, insistons… puis l’entreprise décide.

  3. Lyly dit :

    Interessant, dans un contexte ou les individualités semblent reprendre le dessus. Merci, une fois de plus, à la CGC de rester attentive à la prise en compte de nos attentes sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.