Crise de l’approvisionnement en Gomme Naturelle : un impact qui s’amplifie sur UMO

La crise perdure et a eu de nouveaux impacts sur les activités Z et PK notamment.

En effet, à l’issue d’un troisième CSE extraordinaire à ce sujet, de nouvelles fermetures ont été annoncées pour les ateliers PK et Z.

Les CA de la 5ème semaine sont à nouveau mis à contribution.

Cependant, nous avons enfin une réponse quant à une vision sur la sortie de cette situation totalement indépendante de notre volonté. En effet, un bateau en provenance d’Asie contenant 7000T de GN est parti mi-mars et devrait arriver mi avril en Europe. Ainsi, le temps que cette gomme soit acheminée jusqu’au Z, nous devrions revenir à une situation « normale » début mai.

Consciente de l’impact que cette crise a eu et va encore avoir sur 2 indicateurs (SC et ISL ) suivi dans notre intéressement, la CFE-CGC a demandé à la direction du site si elle comptait neutraliser les mois impactés dans le calcul de l’intéressement 2021.

Lors du CSE du vendredi 26/03/2021, nous avons eu une réponse positive de la direction quant à la neutralisation de cette crise GN sur les indicateurs SC et ISL de l’intéressement. C’est rassurant, dans le sens ou cet évènement est totalement indépendant de notre volonté. La direction nous a aussi indiqué qu’elle l’étendait aussi aux primes individuelles et collectives.

De plus, nous avons eu la satisfaction de voir que des sessions de formations pour l’ensemble du personnel du GC ont été engagées ; cela répond aussi à nos attentes de mieux utiliser ces ralentissements de production pour former que de plutôt imposer des fermetures, sachant que le second semestre est pressenti tout aussi chargé en volumes.

Cependant, le cargo bloqué dans le canal de Suez depuis mardi dernier va aussi avoir un impact sur la livraison de matières premières dixit le RA des Semi-Finis.

Pour le moment, l’ampleur n’est pas encore évalué: la CFE-CGC va rester attentive et questionnera la direction régulièrement pour anticiper au mieux d’éventuels pénuries de matières premières pouvant à nouveau occasionner des arrêts d’activités. Si c’était le cas, nous demanderons alors de mutualiser ces arrêts pour continuer de former le personnel.

Samuel Ponsart, Frédéric Poussot, Délégués syndicaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.