EN VIDEO – Ne signons pas une NAO 2022 décalée des attentes



Les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) portant sur les salaires se sont tenues les 18 & 19 janvier.

Il y a eu des éléments positifs durant ces 2 jours comme le partage par l’entreprise de nombreuses informations relatives aux salaires ainsi que la volonté de protéger les rémunérations les plus basses dans un contexte de forte inflation. Le principe d’alignement des rémunérations Michelin sur les médianes marché à fin 2022, obtenu de haute lutte par la CFE-CGC lors de l’accord Adapt, a également été confirmé.

Toutefois, ces négociations ont été marquées par la négation par l’entreprise du principe de la co-construction ainsi que par une politique salariale peu respectueuse de l’ensemble des salariés.

Concernant la co-construction, la direction a adressé une fin de non-recevoir à une revendication unanimement portée, à savoir l’introduction d’une augmentation générale (AG) pour l’ensemble des catégories : agents / collaborateurs / cadres.

Cette revendication était essentielle pour nous car c’était le seul moyen de garantir un minimum d’augmentation à tous et ainsi éviter que des salariés se retrouvent avec un 0 pointé pour la seconde année consécutive. Rappelons que 4 000 salariés n’ont perçu aucune augmentation en 2021 !
La Direction refuse ainsi de protéger la majorité de ses salariés
car les effectifs Collaborateurs et Cadres sont supérieurs à ceux des agents.

Comment parler de co-construction lorsqu’une demande de bon sens de l’ensemble des OS est ainsi ignorée ?

Les budgets alloués sont insuffisants et ne permettront pas de couvrir l’inflation (2,8% hors tabac annuel) pour bon nombre de salariés, notamment collaborateurs et cadres.

Les budgets annoncés ne sont que des moyennes, les parties « cours d’année » et « rattrapage des médianes » ne bénéficient qu’à un petit nombre. Ainsi les cadres non concernés par les rattrapages des médianes et promotions devront se disputer un maigre budget de 1,8% d’augmentation individuelle, loin des niveaux de l’inflation. Certes, les rémunérations variables devraient atteindre cette année des niveaux très élevés mais elles ne remplacent pas les augmentations de salaires qui sont pérennes et alimentent les niveaux de retraite futurs. Et rappelons que l’inflation est cumulative et que la hausse devrait se poursuivre cette année, décalant encore un peu plus ceux qui seront peu augmentés.

Pour les Collaborateurs dans le même cas (non concernés par promotion ou rattrapage), la plupart du temps éligibles à aucune aide sociale, le budget est de 2,8%, exactement au niveau de l’inflation passée. La CFE-CGC précise que la PA s’appliquera également à tous les Agents et Collaborateurs ayant 16 ans d’ancienneté ET plus.


Concernant les agents, le pourcentage global est en hausse avec 3,75%, mais le % acquis n’est que de 2,9% (augmentation générale + PA) couvrant tout juste l’inflation passée. Ces budgets ne seront pas suffisants pour améliorer leur situation dans la durée.

Alors qu’ils sont régulièrement remerciés par les dirigeants de l’entreprise, les collaborateurs et cadres qui ont performé les années précédentes risquent fort de « recevoir » une augmentation très faible ou nulle, au motif que leur rémunération est déjà supérieure à la médiane. La CFE-CGC avait formulé des propositions très raisonnables au regard de leur coût – comparable aux politiques salariales 2019 et 2020 – et surtout aux excellents résultats de l’entreprise. Nous les avions estimées ainsi à 23 M€, hors charges, à comparer aux 420 M€ de dividendes supplémentaires que pourraient toucher les actionnaires. Elles n’ont pourtant pas été retenues.

En synthèse, la négation de la co-construction, le refus de protection de l’ensemble des salariés au travers d’Augmentations Générales, les budgets insuffisants nous amènent à ne pas signer l’accord salarial proposé. 

L’équipe de négociation CFE-CGC, le 24 janvier 2021.

5 réponses à “EN VIDEO – Ne signons pas une NAO 2022 décalée des attentes”

  1. Bertrand dit :

    Merci de vos efforts. Une action de protestation plus directe est-elle envisagée ?

  2. Alf dit :

    Pour chacun d’entre nous,c’est à la hauteur de nos augmentations que l’on sait comment nous estime l’entreprise.
    Ce n’est hélas pas aux nombre de remerciements ou de félicitations.

  3. Stoc63 dit :

    Il serait intéressant de publier chaque année le comparatif de pourcentage des bénéfices redistribués aux actionnaires vs aux employés. L’intérêt serait de voir la tendance pour s’assurer que le volet People est bien une priorité de l’entreprise. Ce qui semble de moins en moins vrai malheureusement.

  4. Jean Pierre dit :

    Bonjour,
    Merci de défendre nos intérêts au jour le jour en effet les collaborateurs et les cadres nous sommes les oubliés de ces deux dernières années.
    L’augmentation proposée par l’entreprise est plus de un point en dessous de l’inflation.
    En 2022 j’aurais moins de pouvoir d’achat qu’en 2020.
    Difficilement acceptable au vu des résultats du groupe dont nous pouvons nous féliciter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.