Le billet d’humeur du D.S.C. – Mai 2024

Les choses évoluent vite et parfois nous surprennent.

Les deux sujets d’actualité qui animent notre quotidien ces derniers jours concernent la communication du Groupe et nos relations avec les autres organisations syndicales (OS).

Le Groupe a annoncé son positionnement relatif au “salaire décent”. Tout le monde a été surpris par la vague médiatique qui s’en est suivie. En fait le Groupe a surfé sur l’un des piliers de sa campagne de communication visant à améliorer sa marque employeur et son attractivité en externe et en interne (les salariés seraient moins engagés et porteurs de la boîte que par le passé). Personne ne peut s’opposer à un employeur qui veut garantir un niveau de vie “décent” à tous ses employés dans le monde. A nous de bien veiller au grain et de ne pas nous laisser confondre par les mots (“salaire”, “rémunération”, “décent”) ni par l’arbre qui cache la forêt (le patron humaniste qui restructure et détruit des emplois). Une nouvelle réunion arrive en juin sur le partage de la valeur ; elle nous permettra de challenger l’employeur sur ces points.

Par ailleurs, le syndicat SUD a récemment pris une initiative que nous soutenons sans retenue : celle d’interpeler l’entreprise via un “droit d’alerte économique sur la stratégie”. Il s’agit d’une procédure légale qui permet aux élus d’interpeler officiellement l’employeur en instance officielle sur des questions précises, avec une obligation de réponse dans un délai assez court.

La forme est contraignante pour l’employeur mais cohérente pour obtenir des réponses à des questions en suspens depuis des mois, qui placent beaucoup de salarié dans une situation de détresse devenue intolérable. Il y a donc une certaine urgence …

Les OS ont travaillé ensemble assez rapidement pour établir la liste des questions portant sur des aspects de l’activité industrielle en France, et, au-delà, de sa stratégie.

L’entreprise a essayé de nous en dissuader en proposant de traiter ces questions dans une commission ad’ hoc. A une écrasante majorité (80%), les élus titulaires du CSEC ont rejeté cette proposition et maintenu la demande d’un CSEC extraordinaire d’ici fin mai.

Au-delà du fait précis de l’interrogation sur la stratégie du Groupe, c’est cet alignement des OS, qui fait plaisir à voir (avec toujours une CDFT, malgré tout, « molle du genou » …).

En ce qui nous concerne, nous sommes satisfaits de constater une amélioration de notre alliance avec SUD, qui laisse présager une bonne entente pour la suite des événements, car bien sûr, les choses ne vont pas en rester là…

A suivre !

José TARANTINI, D.S.C. CFE-CGC Michelin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *