Le billet d’humeur du D.S.C. – Juillet 2024

Comme prévu, la réunion du CSEC extra du 26/06 n’a servi qu’à confirmer de manière quasi surréaliste l’absence de transparence de l’entreprise sur les mesures à prendre pour adapter l’organisation à la nouvelle stratégie du Groupe.

Et dire que la CFDT a remercié l’employeur pour sa transparence ! Certes, sans ciller, les représentants de l’entreprise présentent des chiffres hallucinants de taux de charge et de CRI qui feraient se retourner dans sa tombe François Michelin… Aucun investissement, aucune vision de 3 à 5 ans. Mais « circulez, y’a rien à voir, et tout n’est pas perdu ! ».

C’est sûr, rien n’est encore perdu quand on prend son destin en main et qu’on ne subit pas. C’est ce que font les 4 Organisations Syndicales (CGT, CGE-CGC, FO, SUD) qui ont voté pour la procédure de « droit d’alerte économique ». Celle-ci devra permettre d’y voir plus clair, et elle nous positionnera, nous Organisations Syndicales, face à l’employeur et ses décisions arbitraires qui vont coûter leur emploi à des milliers de personnes.

J’imagine que la CFDT continuera de remercier la boîte de nous avoir menti en promettant aux salariés une GEPP leur permettant de se projeter (demandez aux seniors comment ils sont projetés en dehors de l’entreprise…), une CFDT qui avait signé l’accord de GEPP, mais qui s’abstient ou vote contre les projets présentés en CSE extra, qui justement alimentent cette GEPP. Cherchez l’erreur.

A force de vouloir servir l’employeur, ils se retrouvent pris dans les mêmes filets de son incohérence, de son cynisme et de son hypocrisie (lire à ce propos notre excellent article : https://www.cfecgcmichelin.org/2024/06/28/delocalisation-des-emplois-tertiaires-inquietude-sur-les-motivations/

Pas de problème nous y sommes prêts.

Bel été et bonnes vacances à tous !

José TARANTINI, Délégué Syndical Central CFE-CGC