Le + syndical MICHELIN
Le + syndical MICHELIN

 

Retrouvez ici toute l'actualité syndicale de la CFE-CGC MICHELIN et les coordonnées de vos représentants. 

N'hésitez pas à faire appel à votre équipe locale disponible et efficace.

Informations locales de :

 

BASSENS           mise à jour le 26 octobre 2020

BOULOGNE                                     23 juil 2020

BOURGES                                      19 nov 2020

CHOLET                                           12 oct 2020

CLERMONT FERRAND                   1 oct 2020

GOLBEY                                         24 Dec 2020

LA ROCHE / YON                         20 sept 2020 MONTCEAU                                   19 nov. 2020

ROANNE                                         12 nov 2020

TOURS                                             19 nov 2020

TROYES                                          19 nov 2020

VANNES                                           26 oct 2020

Likez nos pages sur les réseaux sociaux en cliquant ci-dessous.

Vous appréciez le travail accompli par la CFE-CGC Michelin, vous partagez ses valeurs.

 

Vous souhaitez recevoir des informations réservées à nos adhérents.

 

Notre cotisation reste inchangée pour la 4 ème année consécutive.

Elle est déductible de vos impôts à hauteur de 66%, ce qui vous fait une cotisation nette de 5 euros par mois pour les plus fortes cotisations.

Tarif préférentiel la première année !

 

Rejoignez-nous :

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

ADHESION OU CONTACT

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
REDACTRICE EN CHEF
Laure Trincal
63000 CLERMONT FERRAND
Téléphone :
Fax :
Adresse email :
Administrateurs du site:
Laure Trincal - Nicolas Mirvault
Téléphone :
Fax :
Adresse email :

Externalisation du « Print » de MTP : en retard et dans le flou

 

La date de création de la Joint Venture (JV) « Michelin Editions », qui accueillera les équipes actuellement en charge des produits papier de Michelin Travel Partner (MTP), a encore reculé. Initialement prévue le 1er juillet 2020, elle avait déjà été décalée au 1er janvier 2021 à la suite du premier confinement.

Nous avons été informés récemment que cette 2ème date ne serait pas tenue et reportée au 1er février… mais ce n’est pas sûr ! La direction ne nous donne pas d’explications claires, il est fait état « d’éléments opérationnels compliqués qu’on n’avait pas anticipés ».

Comme le disait une salariée la semaine dernière : « plus on avance, plus c’est flou ».

 

Malgré tout, il faut gérer le transfert des systèmes d’informations, préparer les cartons et faire du ménage dans nos armoires – donc venir au bureau et risquer d’attraper le covid dans les transports.

Par ailleurs, on nous a présenté la mutuelle du groupe Media Participation et son contrat de santé, qui s’imposera aux salariés de la JV. L’impression générale est qu’on va y perdre par rapport à la mutuelle Michelin : des postes de remboursement inférieurs (en dentaire par exemple), pour une cotisation fixe (et non pas proportionnelle au salaire) : les petits salaires vont être pénalisés.

 

Les salariés touchés expriment une crainte majeure : que les conditions sociales qu’ils auront dans la JV soient très inférieures à ce que nous connaissions chez Michelin. Les premiers éléments montrent que cette crainte est justifiée.

Pierre Parent, Délégué Syndical, le 14 décembre 2020.

OU EN EST l'EXTERNALISATION DU PAPIER a MTP?

MTP et les activités de Michelin Experience étaient à l'ordre du jour du dernier Comité de Groupe.

 

La première moitié de la présentation portait sur Experience de façon générale. Pour mémoire, dans Expérience sont regroupées les activités de MTP, Michelin Lifestyle, Robert Parker, Le Fooding, Tablet... qui rappellent aux consommateurs l’existence de la marque Michelin, au travers d’expériences plus agréables que l’achat de pneus.

 

Le message principal : Experience se disperse dans trop de domaines, il faut se recentrer. Ce sera autour de restaurants et d'hôtels haut de gamme, d'événements de lancement des sélections guide Michelin où on réunit les chefs étoilés, des personnalités locales, la presse...

 

Dans sa logique, Michelin cède l'activité de réservation de restaurants à TripAdvisor - La Fourchette, avec la société Bookatable, qui devait pourtant, nous disait-on encore récemment, nous faire retrouver le chemin de la croissance.

 

Il faudra donc vendre des évènements de prestige, mais sans être certain des revenus associés. Cette stratégie se décide ailleurs. Dans ce contexte, MTP et ses guides papier ne sont plus une priorité.

 

Les activités restant à Boulogne ne sont pas en grande forme : le marché des cartes et guides papier baisse continument, les contrats de fourniture de données aux constructeurs, pour alimenter l'ordinateur de bord de leurs voitures, sont en fin de vie, l'audience et la rentabilité de ViaMichelin sont en berne.

 

Les perspectives d'avenir ne sont donc pas rassurantes pour MTP, et on peut s'inquiéter que le morcellement et l'arrêt de certaines activités à Boulogne ne fassent que commencer. D’autant que Michelin vient d’annoncer que la dotation MARQUE du Groupe versée à MTP allait être divisée par 5. Elle rémunère le support à la marque, longtemps assigné aux Cartes et Guides : faire de la publicité pour la marque Michelin. Le message passé est clair : ça ne vaut plus grand chose aujourd'hui.

 

Durant la 2ème moitié de la présentation, le Comité de Groupe a voulu comprendre le projet d'externalisation du "Print" (les cartes et guides papiers traditionnels de Michelin).

 

L'activité doit partir, au 1er janvier 2021, dans une "Joint-Venture", qui s'appellera Michelin Editions, créée avec le Groupe Media Participation, acteur important du monde de l'édition. C’est l’inverse de la fusion de ViaMichelin et des Cartes & Guides de 2011, qui avait abouti à la création de MTP. Cependant ne sont prévus que 2 salariés venant de Media, pour 63 de Michelin. Le partage des compétences que suppose ce type d’association semble déséquilibré.

 

L'expert du Comité a pu obtenir le business plan ; signalons que ce plan n'avait pas été présenté aux élus du CSE de MTP en décembre dernier. Dans ces conditions, rendre un avis éclairé était particulièrement difficile.

 

Ce business plan est aujourd'hui, évidemment, complètement à revoir, suite à la crise du Covid 19 ; mais il permet de connaître les hypothèses qui ont convaincu, à l’époque, les directions des deux groupes de lancer le projet : la vente des produits continue de baisser, mais un retour à l'équilibre financier était prévu en trois ans malgré tout.

Une diminution de la masse salariale est visible dans ce plan : l'équivalent de 5 postes selon la direction, 10 selon l'expert. Qui ne serait pas obtenue par des départs forcés, nous dit-on, ni par de la synergie sur des services transverses. Comment alors ? Rien de clair : quelques départs "naturels" non remplacés, le prix du m² de bureau serait moins cher dans les locaux de Media : un sentiment qu’on ne nous dit pas tout.

 

Pas d'ambition claire de lancer de nouveaux produits non plus. Cependant, on nous promet de gagner en efficacité. Comment ? Le milieu des professionnels de l'édition diffusera naturellement les bonnes pratiques. Cela nous paraît très optimiste.

 

Et malheureusement rien de neuf pour accompagner les salariés touchés :  la stricte application de l'article L1224-1 du Code du Travail, qui encadre les transferts d’activité, rien de plus. Les salariés gardent leur poste et leur salaire, pour tout le reste, on verra après le transfert. Sans compter le déménagement des bureaux à l'autre bout de Paris, pour lequel les salariés n’auront aucune aide.

 

Comment convaincre les salariés d'y aller, dans ces conditions ?

 

Pierre Parent, délégué syndical MTP, le 23 juillet 2020

INTERESSEMENT SITE : CRITERE MOBILITE DOUCE

La négociation de l’intéressement suit son cours pour les salariés de Paris Boulogne. Les partenaires sociaux ont proposé les critères suivant :

  1. Intouch : Nombre de salariés ayant fait valider leurs compétences personnelles
  2. Mobilité douce sur trajets Domicile-Travail : Favoriser les modes bas carbone à la voiture thermique. Critère conditionné (notamment) à la mise en place par l’entreprise du Forfait Mobilité Durable, mis en place par le gouvernement, et qui remplace le forfait kilométrique vélo.
  3. Accidents de trajet & prévention sécurité santé hygiène ergonomie : les critères précis en cours de sélection.
  4. Formation certification Icare, Digital… : les critères précis en cours de sélection.

 

Le critère N°2 est le plus novateur et exige que l’entreprise fasse sa part du travail. Mais la CFE-CGC considère que l’entreprise ne peut pas faire la promotion de la mobilité douce aux 4 coins de la planète sans être elle-même plus active en ce qui concerne le traitement de ses propres salariés. C’est un sujet que la CFE-CGC défend tout particulièrement, syndicalement et dans son travail quotidien.

Emmanuel Mussault, délégué syndical, le 11 juin 2020

Externalisation des cartes et guides : beaucoup de questions

Depuis l'annonce début décembre, 2 CSE exceptionnels sur le projet d'externalisation du "print" (cartes guides Michelin) vers le groupe Media Participation ont été organisés. Au prochain CSE du 22 janvier, les élus devront rendre un avis sur le projet.

Pour mémoire, il s'agit principalement de la création d'une Joint-Venture, la future "Michelin Editions", où Michelin sera néanmoins minoritaire avec le groupe Media Participation majoritaire. 63 salariés travaillant sur les produits papier n'ont d'autre choix que de suivre cette cession.

 

Nous avons collecté et transmis une centaine de questions que se posent les salariés :

 

- Un tiers interroge le bien-fondé stratégique et économique, de la scission, et donc les risques pour nos emplois. Les éponses de la direction sont lapidaires  : ce serait le changement de contexte qui ferait toute la différence ! La CFE-CGC aimerait y croire.

 

- Le second tiers concerne le contrat de travail, ses éléments de reconnaissance et les conditions de travail : intéressement, télétravail, épargne salariale, avantages en nature, 35H... Tous ces dispositifs obtenus au fil d'années de négociations sociales, pour beaucoup en central à Clermont (merci pour le travail effectué). Notre direction sécurise le versement de l'intéressement pour 2020, et un minimum de prime variable collective pour 2 ans, c'est déjà çà. Mais le reste ? La réponse actuellement émise par l'entreprise est qu'on ne peut rien négocier avant la création de la nouvelle entité au 1er juillet car il faudrait au préalable des élections qui y désigneront des syndicats représentatifs. Signez ce chèque en blanc, s'il vous plait ? 

La CFE-CGC demande dès maintenant l'ouverture d'une négociation sur l'accord social de transition des contrats des salariés, comme cela avait été réalisé lors de la fusion Cartes et Guides - ViaMichelin. 

 

- Enfin, beaucoup des autres questions portent sur la mise en œuvre de la scission. Un gros travail d'organisation des services supports, des relations avec MTP,  avec la production cartographique en Roumanie, avec la diffusion, le commerce nous attend pour l'année à venir. Et pourtant, on nous demande de continuer la production de nos cartes et guides comme si de rien n'était : grosse surcharge de travail, et risques pour la santé des salariés à craindre. La mise en place d'un suivi RPS dédié est nécessaire et revendiquée par l'équipe CFE-CGC.

 

Par ailleurs, l'avenir de ce qui restera de MTP n'est toujours pas plus clair : une autre longue liste de questions à venir, auxquelles il faudra bien répondre un jour.

 

Pierre Parent, délégué syndical, le 14 janvier 2020

Cartes et Guide Michelin : clap de fin ?

La direction de MTP vient d’annoncer le départ des salariés travaillant pour le « print » - il faut comprendre les cartes et guides papier Michelin – dans une joint-venture créée avec le groupe Media Participations. 63 salariés sont concernés.

 

La nouvelle entreprise s’appellera « Michelin Editions », elle sera détenue à 40% par MTP et à 60% par Media Participation, et elle sera créée le 1er juillet 2020. Media Participations est un acteur important de l’édition française : bandes-dessinées (Dargaud, Dupuis, le Lombard), livres pratiques (Fleurus…), beaux livres (la Martinière, …), littérature générale (Seuil, Points, …). Il est présidé par Vincent Montagne, membre de la famille Michelin.

La distribution de nos collections de cartes et guides était déjà assurée depuis 15 ans par une entreprise de ce groupe. La reprise des équipes commerciales Print, par une autre filiale de ce groupe, a été annoncée l’été dernier et sera effective au 1er janvier.

 

Et maintenant cette annonce.

 

De nombreuses questions sur le fonctionnement et sur ce que risquent de perdre les salariés se posent. Les quelques mois qui précèdent le 1er juillet nous permettront-ils d’y répondre ?

Mais la principale question reste « quelle est la viabilité de la nouvelle entité ? » . L’équation à résoudre comporte plusieurs termes, le marché des produits papiers qui s’étiole d’une part, le soutien de Michelin d’autre part… Et s’il n’y a pas de solution, ne serait-ce pas une façon de mettre à mort l’activité « Print » à bas bruit ? Quel deviendront alors les salariés touchés ?

 

Enfin, on peut s’interroger sur l’avenir de ce qui restera de MTP : le mouvement lancé s’arrêtera-t-il là, ou bien la vente à la découpe ne fait-elle que commencer ?

 

La CFE-CGC demandera au CSE du 18 décembre une expertise afin d’éclairer la viabilité économique des deux entités ainsi crées.

 

Pierre Parent, délégué syndical, le 16 décembre 2019

Externalisation des forces de ventes

La direction de MTP a lancé l’externalisation des forces de vente « Print » vers la société Media Diffusion (MD). Cette société assurera la diffusion, c’est-à-dire la promotion commerciale et marketing,  des cartes et guides Michelin dans les librairies, hypers, stations-services, etc., à partir du 1er janvier prochain. C’est déjà une entreprise du même groupe qui assure la logistique de distribution de ces mêmes cartes et guides.

 

La CFE-CGC comprend les raisons économiques qui ont conduit à ce choix, mais demande que les 18 personnes touchées soient traitées correctement.

 

Il leur a été proposé, sur la base du volontariat, de quitter Michelin pour rejoindre MD. Ils devaient donner une réponse la semaine dernière : un peu plus de la moitié a accepté.

Nous attendons de l’entreprise que les salariés qui souhaitent rester – et qui ont souvent dit leur attachement à Michelin - se voient proposer de vrais postes au sein du Groupe, et pas des reclassements factices qui aboutiraient à un licenciement.

 

Pierre Parent, le 19 septembre 2019

CSE Paris : en deça de la loi !

La négociation de l'accord CSE spécifique à MTP aboutit à un résultat bien décevant.

 

Cet accord comporte bien quelques points positifs, dont la mise une place d'une commission SSCT, qui n'était pas obligatoire, puisque MTP compte moins de 300 salariés.

 

On y trouve aussi, ce qui était une bonne idée, la création d'un chargé de proximité dédié aux salariés nomades (les commerciaux et les inspecteurs du Guide Michelin) ; mais avec les 2 heures de délégation par mois qu'il aura, comment pourra t-il assurer sérieusement sa mission ?

 

Enfin et surtout, l'accord ne propose que 9 titulaires CSE, au lieu des 11 prévus par la loi pour notre effectif actuel. Puisque le nombre de suppléants suit, voilà donc le CSE amputé de 4 élus, qui n’auraient pas été de trop pour assurer les diverses missions de la nouvelle instance, tout en ne se coupant pas de leurs métiers et compétences.

 

Contrairement à l'autre OS en présence, nous avons estimé que ce n'était pas acceptable, et la CFE-CGC n'a pas signé cet accord, .

 

Pierre Parent, délégué syndical, le 9 février 2019

Changement de direction

Mardi 4 septembre, les salariés de MTP ont appris le départ d'Alexandre Taisne, notre directeur depuis avril 2017.

 

C'est une surprise, même si des rumeurs courraient sur de possibles difficultés personnelles d'A. Taisne. La direction du Groupe a semble t-il estimé qu'une action rapide était nécessaire.

Officiellement, il lui est reproché de ne pas avoir su concrétiser un projet phare pour MTP, le site GM.com, qui n'est toujours pas sorti des cartons, plus d'un an après avoir été annoncé.

 

Notre nouveau directeur sera M. Pascal Couasnon : il quitte la direction de Michelin Motorsport, après une carrière de plus de 30 ans chez Michelin. Nous revenons donc à un directeur issu de la maison. Quel contraste avec l'arrivée d'A. Taisne, présenté à son arrivée comme le spécialiste du monde de l'Internet, qui nous avait manqué jusque-là ! Visiblement, la greffe n'a pas prise.

 

Si on ajoute le très prochain départ de Michael Ellis, directeur du Guide Michelin, ainsi que celui de nombreux salariés, souvent inquiets de la tournure que prenait notre stratégie, et le management des équipes, c'est une période de doute  au sein de MTP.

 

L'arrivée de P. Couasnon semble rassurer un peu les salariés, puisse cette espérance se confirmer.

 

Pierre Parent, le 19 septembre 2018

INTERESSEMENT SITE DE BOULOGNE

Pour MFPM sur le site de Paris Boulogne, les salariés ont obtenu 3.5% soit le maximum…

et l’intéressement sera de 2.45 % pour MTP.

 

Pierre Parent et Marie-Jose Basier, le 22 janvier 2018

INTERESSEMENT SITE DE BOULOGNE

Le nouvel accord d’intéressement pour MTP vient d’être bouclé.

CFE-CGC est signataire, l'accord est équilibré et les critères retenus reflètent bien l’évolution attendue de MTP par le Groupe : aller vers plus de produits nouveaux et de rentabilité économique. Ces critères sont relativement atteignables (sans être gagnés d’avance quand même) et impliquent l’ensemble du personnel.

 

De façon un peu plus détaillée, ces critères sont :

  •          L’augmentation du résultat business  (poids = 2.5% sur 5%) : c’est la nouveauté de cet accord, en ligne avec  la forte ambition du Groupe d’augmenter le chiffre d’affaire dans nos activités. C’est très challengeant quand même, le CA n’est jamais gagné d’avance. La CFE-CGC regrette un peu le poids relatif de ce critère, puisqu’il représente la moitié de l’intéressement ; en compensation, les conditions d’atteinte qui ont été négociées nous semblent correctes : il sera possible de toucher une partie des 2.5% en cas d’atteinte partielle du CA cible.
  •          Amélioration du taux de conformité des publications papier (poids = 0.75 %). Il s’agit de limiter au maximum les erreurs dans nos publications. Ce critère est ancien, le taux d’atteinte est déjà élevé ; continuer à la maintenir quand on multiplie toujours le nombre de publications, avec des équipes qui n’augmentent pas, voire sont train de se réduire, tient souvent de l’exploit. Ce critère met beaucoup de pression sur quelques salariés.
  •          Disponibilité des sites Internet (poids = 0.75 %) : le taux de disponibilité demandé (en gros, ne pas dépasser 6 H d’arrêt au total sur l’année 2017, et il faudra faire mieux en 2018 et 2019) est vraiment élevé. Notre regret : les salariés de MTP (Michelin Travel Partner) n’y peuvent pas grand-chose, puisque l’hébergement de nos sites est sous-traité. Mais c’est le seul critère que nous ayons réussi à négocier pour les produits numériques, d’autres pistes avaient été explorées sans aboutir.
  •          Diminution du nombre d’impressions (poids = 0.5 %) : critère vertueux du point de vue environnemental. Ceci dit, une bonne partie de ce qui est imprimé à MTP, ce sont des épreuves des cartes et guides en cours de rédaction, qui sont indispensables pour se relire, on ne pourra réduire indéfiniment sans risque pour la qualité.
  •          Diminution du nombre d’e-mails envoyés (poids = 0.5%) : nouveau critère pour cet accord. CFE-CGC l’approuve : des mails trop nombreux et envoyés sans discernement peuvent être consommateurs de temps pour les destinataires, et tous les salariés sont impliqués.

 

La négociation a été terminée tardivement, mais dans un bon esprit : on a senti la volonté des toutes les parties d’aboutir à un accord.

 

Pierre Parent, délégué syndical, le 9 juin 2017

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Section CFE-CGC Michelin