Le + syndical MICHELIN
Le + syndical MICHELIN

 

Retrouvez ici toute l'actualité syndicale de la CFE-CGC MICHELIN et les coordonnées de vos représentants. 

N'hésitez pas à faire appel à votre équipe locale disponible et efficace.

Informations locales de :

 

BASSENS           mise à jour le 26 octobre 2020

BOULOGNE                                     23 juil 2020

BOURGES                                      19 nov 2020

CHOLET                                           12 oct 2020

CLERMONT FERRAND                   1 oct 2020

GOLBEY                                         17 Nov 2020

LA ROCHE / YON                         20 sept 2020 MONTCEAU                                   19 nov. 2020

ROANNE                                         12 nov 2020

TOURS                                             19 nov 2020

TROYES                                          19 nov 2020

VANNES                                           26 oct 2020

Likez nos pages sur les réseaux sociaux en cliquant ci-dessous.

Vous appréciez le travail accompli par la CFE-CGC Michelin, vous partagez ses valeurs.

 

Vous souhaitez recevoir des informations réservées à nos adhérents.

 

Notre cotisation reste inchangée pour la 4 ème année consécutive.

Elle est déductible de vos impôts à hauteur de 66%, ce qui vous fait une cotisation nette de 5 euros par mois pour les plus fortes cotisations.

Tarif préférentiel la première année !

 

Rejoignez-nous :

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

ADHESION OU CONTACT

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
REDACTRICE EN CHEF
Laure Trincal
63000 CLERMONT FERRAND
Téléphone :
Fax :
Adresse email :
Administrateurs du site:
Laure Trincal et Denis Paccard
Téléphone :
Fax :
Adresse email :

ACTUALITES FRANCE ET COMITE SOCIAL ECONOMIQUE CENTRAL 

Les sujets ci-dessous concernent l'ensemble des salariés français de la MFPM. 

SESSIONS d'ECHANGE GERANTS - SALARIES : LES MESSAGES CLES

Les projections de résultats sont meilleures que prévu, avec une reprise vigoureuse au T3 et une croissance ciblée pour Michelin (TC 18 pouces et plus, activités de spécialités…)

Les prévisions d’atterrissage de Résultat Opérationnel (RO) et de cash-flow ont été revues à la hausse : RO => 1,6 MM€ (vs 1,2 M€ à fin juillet) et cash-flow > 1,2 MM€ (vs 500 M€ à fin juillet). La direction a remercié les équipes avec insistance pour leur mobilisation.

 

  • Résultats enquête Avancer ensemble : l’entreprise se félicite que le taux d’engagement au niveau Groupe soit passé de 72% en 2013 à 83% aujourd’hui. En revanche, le programme Icare n’avance pas assez vite et la responsabilisation reste à un niveau inférieur à l’attendu en Europe du Sud.
  • Projet Simply : l’objectif premier de Simply est de simplifier nos processus. S’il s’avérait que cette simplification entraîne des suppressions de postes, il n’y aurait aucun départ contraint, ni aucun licenciement. Les personnes perdant leur emploi seraient accompagnées vers une mobilité interne. S’il y avait des mesures sociales, elles seraient d’abord discutées avec les organisations syndicales.
  • Empreinte industrielle en Europe de l’ouest : « l’entreprise doit s’adapter au marché » et il y a toujours un écart de compétitivité industriel avec nos concurrents (référence à Continental). En conséquence, des actions de fond demeurent nécessaires ».

 

Dominique Bourgois, Délégué Syndical CFE-CGC

EPARGNE ENTREPRISE ET RETRAITE 2020

Si vous n’avez pas effectué de versements sur les 3 supports disponibles dans l’entreprise en 2020, il ne vous reste que quelques semaines pour profiter des opportunités d’abondement offertes par les accords d’entreprise signés par la CFE-CGC.

Voici un rappel des 3 supports et une analyse rapide des avantages qu’ils offrent.

Le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) 

En effectuant un versement annuel sur le PEE, vous pouvez obtenir un abondement de l’entreprise dont le montant varie selon le tableau ci-dessous, jusqu’à un plafond de 630€.

Versement annuel

Jusqu’à 360€ inclus

De 360€ à 1035€ inclus

De 1035€ à 2430€

Abondement (%)

70%

25%

15%

Abondement (€)

252€

169€

209€

Abondement annuel maxi

630€

L’abondement est soumis à CSG réduite seule (9,7%). Un abondement brut de 630€ donne une épargne nette de 569€. Un versement de 2430€ a ainsi un rendement initial net de 23%.

Le PEE présente plusieurs avantages par rapport à des placements bancaires ou assurantiels :

  • La fiscalité est avantageuse : en contrepartie d’un blocage des fonds pendant 5 ans, il n’y a pas d’imposition sur les plus-values à la sortie : ceux-ci sont seulement assujettis à la CSG (17,2%).
  • Les fonds sont cantonnés, leur gestion est assurée par un gérant dédié dont l’activité est contrôlée par une commission de suivi paritaire constituée de salariés nommés par Michelin et de salariés élus. Cela assure une meilleure indépendance de la gestion vis-à-vis des intérêts propres de la banque ou de la société d’assurance.
  • Les frais de gestion sont pris en charge par Michelin et il est possible de réaliser des arbitrages gratuits entre supports sans limite de nombre.
  • Différents supports sont disponibles avec une gradation du niveau de risque allant de faible (fonds Euro) à forte (fonds actions internationales). Un fond ISR est disponible.

Le PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collective)

Il s’agit d’un dispositif destiné à préparer sa retraite pour se constituer un complément de revenu utile pour des collaborateurs et cadres qui toucheront une pension de retraite très inférieure à leur dernier salaire.

Les fonds versés sont bloqués jusqu’à la retraite, mais il est possible de débloquer les fonds pour l’acquisition de sa résidence principale, ce qui peut intéresser beaucoup d’entre nous.  

L’alimentation s’effectue par des versements volontaires qui ouvrent droit à un abondement de 100% de Michelin jusqu’à un plafond de 2,5% de ses revenus salariaux de l’année précédente (revenus 2019 dans notre cas) : ce plafond a été communiqué avec la paie de janvier 2020, il est également disponible sur le site Natixis.

La fiscalité sur l’abondement est la même que celle du PEE : par de charges sociales, pas d’impôt sur le revenu, seulement la CSG réduite (9,7%). Le rendement initial net d’un placement est donc de 90,3% dans la limite du plafond d’abondement.

La sortie au moment du départ à la retraite peut s’effectuer, au choix, en capital ou en rente, avec la fiscalité suivante :

  • Sortie en capital : les plus-values ne sont pas assujetties à l’impôt sur le revenu. Elles sont assujetties à la CSG (17,2%).
  • Sortie en rente : les rentes annuelles sont assujetties à l’impôt sur le revenu comme rentes viagères à titre onéreux (régime nettement plus favorable que les rentes viagères à titre gratuit).

Le PERCO présente des avantages de gestion similaires à ceux du PEE : frais de gestion pris en charge par Michelin, arbitrages gratuits sans limite de nombre. Les mêmes types de supports sont disponibles. Une commission de suivi paritaire assure également le contrôle de la gestion par le gestionnaire (NATIXIS).

Le contrat de retraite supplémentaire Article 83 (du code général des impôts)

Ouvert depuis 2012 chez Michelin, il répond à la même finalité que le PERCO et le complète.

Il comporte un volet obligatoire : chacun verse 0,2% de son salaire sur ce dispositif et l’entreprise abonde à hauteur de 1%.

Il comporte également un volet facultatif qui peut s’avérer utile, en particulier pour ceux qui anticipent une forte baisse de revenus à la retraite. Ce volet facultatif permet de réduire son imposition l’année du versement : les versements facultatifs sont déductibles du revenu imposable dans la limite de 10% des revenus imposables de l’année précédente (cette valeur est indiquée sur le dernier avis d’imposition reçu).

Un contrat ART83 est plus « fermé » qu’un PERCO : pas de déblocage anticipé possible pour acquisition de la résidence principale, sortie obligatoire en rente (sauf si le montant de la rente est inférieur à 480€/an). Le régime d’imposition de la rente est celui des rentes viagères à titre onéreux pour les versements volontaires.

Le contrat ART83 présente des avantages de gestion similaires à ceux du PEE : frais de gestion pris en charge par Michelin, arbitrages gratuits sans limite de nombre. Les mêmes types de supports sont disponibles. Une commission de suivi paritaire assure également le contrôle de la gestion par le gestionnaire (AXA).

Comment effectuer un versement sur l’un ou plusieurs des 3 dispositifs ?

Les versements s’effectuent auprès de chaque gestionnaire de compte :

  • NATIXIS pour le PEE et le PERCO
  • AXA pour le contrat ART83.

2 modes d’accès sont possibles :

  • Via l’intranet Michelin France : Mes Infos / Mes services è Rémunération et avantages è Epargne Salariale (PEE & PERCO) ou Retraite (ART83) : accès aux références des sites internet des gestionnaires de compte et de leur plateforme téléphonique.
  • Sur le site internet du gestionnaire de compte :
    • Pour NATIXIS (PEE & PERCO) : interepargne.natixis.com è Mon épargne salariale è je me connecte. Les plafonds d’abondement individuels disponibles sont dans la rubrique Votre Epargne è Votre Abondement. Pour effectuer un versement : rubrique Vos Opérations / Versements.
    • Pour AXA (Article 83) : entreprise.axa.fr è Espace client è salarié è Votre épargne retraite : entrer vos identifiants et mots de passe. Un message d’accueil explique les avantages d’un versement libre. Pour le faire : Mes Opérations è Versement.

Pensez à télécharger les applications Smartphones pour gérer votre épargne salariale. 

 

Denis Paccard, Délégué Syndical, le 9 novembre 2020.

GESTION DES « LOW PERFORMERS » : UN PROCESSUS STRUCTURÉ / UNE MISE EN ŒUVRE NÉBULEUSE

L’entreprise définit les « low performers » comme « des salariés qui ne satisfont pas intégralement les attentes qui avaient été placées en eux en contrepartie du salaire payé ».

Le processus de gestion a démarré début 2020 mais l’information sur ce processus aux représentants des salariés n’a été faite que fin septembre en CSEC, par le cabinet APEX mandaté par les élus pour établir le rapport annuel sur la politique sociale de la MFPM. Le rapporteur a précisé qu’il n’avait pas pu obtenir toutes les informations sur ce dispositif, pourtant remarquablement structuré.

Lorsqu’un salarié est identifié « low performer » en feedback fréquent (réponse négative à la question sur la « tenue du poste conformément aux attentes »), le processus s’enclenche. Le manager, avec l’appui du PDP, doit tout d’abord objectiver la situation sur une fiche de performance en s’appuyant sur 25 critères pour s’assurer de la réalité du constat de performance insuffisante par rapport à une norme bien définie. Ce cap franchi, un plan de progrès formalisé est « proposé » au salarié. Celui-ci comporte des objectifs d’amélioration, des échéances de suivi, la liste des moyens mis à disposition pour réussir ainsi qu’un bilan des résultats obtenus.

En cas de réussite du plan de progrès, le salarié devrait être confirmé dans son poste.

En cas d’échec, la conséquence est le départ de l’entreprise (licenciement pour insuffisance professionnelle ou rupture conventionnelle individuelle), le déclassement sur un poste de niveau inférieur ou un accompagnement pour un reclassement en interne sur un autre domaine.

La CFE-CGC ne s’oppose pas à un tel processus, considérant qu’il peut être normal pour une entreprise de demander une contribution à la hauteur du niveau de poste tenu et du salaire correspondant. Cependant, plusieurs points nous interpellent :

  • Le processus est sous la responsabilité des managers. Comment s’applique la fonction de recours assurée par SP ?
  • Le salarié n’est pas informé des conséquences potentielles de sa non-performance. Or, en cas d’échec, le plan de progrès, sur lequel il lui aura été demandé formellement de s’engager, servira de justification à un potentiel licenciement pour insuffisance professionnelle. Cela rendra plus complexe un recours aux Prud’hommes.
  • Combien de salariés ont été concernés par ce processus ? Nous attendons la réponse de la direction. D’après APEX, cela concernerait environ 1% des salariés (rapporté à quelles catégories de salariés ? sur quelle échelle de temps ?).
  • Combien de licenciements et de ruptures conventionnelles ont conclu ces processus depuis leur mise en place ? La réponse fournie a été « vous le verrez dans le bilan social ». Celui de 2020 sera présenté à vos élus en fin de 1er semestre 2021, soit 18 mois après le lancement du processus. Ce délai n’est pas acceptable compte tenu de l’enjeu.

Nous attendons une réponse rapide à ces questions importantes. Nous serons vigilants sur ce dispositif donc chacun mesure les risques de dérive et la gravité de leurs conséquences.

Nous vous invitons à demander l’aide de vos élus dès que vous entrez dans le dispositif et au plus tard, lorsqu’un plan de progrès vous est soumis. Ils vous aideront à vérifier que le plan soit réaliste et atteignable dans le délai imparti, avec des moyens pour réussir bienveillants et disponibles (ex : coaching). Vos élus veilleront également à ce que les imprévus soient pris en compte dans le bilan. 

Denis Paccard, Délégué Syndical, le 26 octobre 2020.

NOUVELLE PART VARIABLE ET CONSEQUENCES DE L'ACCORD INTERESSEMENT

Le groupe a annoncé la réforme des rémunérations variables en décembre 2020 que nous vous avons présentée sur notre lettre d’information de décembre. Elle comprend une part pays à savoir l’intéressement pour la France régi par un accord collectif signé en juin par la CFE-CGC et les autres syndicats. L’entreprise a aussi présenté des modifications fin février par rapport à son projet de décembre, qu’il convient d’expliquer.  

Le bonus groupe

 

La première modification concerne le bonus groupe. Dans l’ancienne version, le bonus groupe n’était lié qu’au ROS qui mesure la rentabilité des entreprises. Il est désormais lié à part égale au ROS et au Cash Flow Libre qui mesure la capacité d’investir et de rémunérer les actionnaires. Cette modification a pour vocation de sensibiliser plus encore les revenus des salariés, notamment ceux des cadres groupes, aux intérêts des actionnaires. Comme auparavant, le bonus groupe est soumis à un effet de seuil à 90% de la cible bonifié de façon linéaire avec le résultat, le tout modulé par un bonus-malus de +/-10% fonction de l’indicateur TCIR (sécurité) dans le groupe. La simplification n’apparait pas évidente. Une chose est sûre, une année où les performances seront en retrait de plus de 10% par rapport à la prévision, le bonus groupe sera nul.        

Concernant le bonus pays, donc l’intéressement pour la France, celui-ci n’est plus fonction du ROS pour tous les salariés, ce qui est une bonne chose. Les salariés ont, comme les entreprises, besoin de visibilité sur leurs revenus. Cependant il a perdu beaucoup de sa valeur (5.65% maximum vs 10% jusqu’ici), et plus encore pour les cadres en raison d’une répartition égalitaire augmentée (60% d’égalitaire vs 30%). Cela va réduire d’autant les capacités d’épargne exonérée d’impôt des salariés. En effet seuls l’intéressement et la participation échappent à l’impôt sur le revenu quand ils sont versés sur le PEE ou PERCO. La CFE-CGC regrette que l’entreprise réduise cet avantage fiscal.

 

Concernant le bonus équipe

Pour les agents (PPI/PPC) et les commerciaux (bonus force de vente), il n’y a aucun changement, ces primes sont indépendantes du ROS. Il est étonnant de séparer ainsi le corps social de l’entreprise, entre ceux qui seront rémunérés tous les ans quels que soient les résultats de Michelin et ceux dont le travail est si peu considéré que sa reconnaissance peut être amputé d’au moins 10%. 

Pour les autres salariés, l’indexation est modifiée pour la rendre « plus stable ». Le seuil de déclenchement reste le même à savoir à 80% de la cible ROS, mais le bonus -malus passe de +/-50% à +/- 20%.

Il est difficile de prédire si cela sera favorable aux salariés. Notre entreprise a tendance à se fixer des objectifs très ambitieux et à ne pas les atteindre – malgré des années de résultats historiques, les primes groupe ont été ces dernières années très moyennes – à être plus dans la sanction que dans la reconnaissance.

 

En résumé, la « nouvelle rémunération variable » est encore plus compliquée que la précédente. Pour 2020, les seuils de déclenchement sont respectivement fixés à 2,648 Milliards € pour la part Groupe et à 2,347 Milliards € pour la part Equipe. La crise sanitaire pourrait amener le ROS à un niveau inférieur à ces seuils. Elle rend très improbable le versement de primes variables Groupe et Equipes en 2021. L’absence de versement de ces primes variables génèrera une économie pour l’entreprise bien plus importante que le report des augmentations qu’elle souhaitait.

 

La CFE-CGC invite la direction à s’interroger sur l’accueil que les salariés feront à ce nouveau système, si la rémunération devait être désastreuse la première année. La CFE-CGC appelle la direction à ajuster les cibles en tenant compte du contexte, afin que les revenus des salariés ne soient pas impactés au-delà du raisonnable.       

 

Chris Boyer et Laure Trincal, le 15 juillet 2020

ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES : MICHELIN EST UNE ENTREPRISE SOLIDE

L’Assemblée Générale des Actionnaires s’est tenue à huis-clos dans un temps record (53 minutes).

3 choses à retenir :

1- L’extrême solidité financière du Groupe avant et pendant la crise de la Covid :
Avant : Marge opérationnelle de 12,5%, ROCE supérieur à 3 Milliard, endettement modéré
Pendant : trésorerie de 2,3 Milliards € à fin avril, 1,5 Milliard € de lignes de crédit disponibles non tirées, tests de résistance positifs

Yves Chapot a d’ailleurs insisté sur le fait que les agences de notation ont confirmé leur appréciation durant la crise. Il est revenu sur les mesures fortes qui ont été prises pour sauvegarder les grands équilibres financiers : baisse du dividende (-330 M€), baisse des investissements (-500 M€), maitrise de la masse salariale, réduction des stocks, maintien d’une politique ferme sur les prix.
Une incompréhension toutefois : la confirmation du gel des rachats d’action au-delà de 2020 mais, en même temps, l’approbation à 95% d’une résolution permettant aux Gérants de consentir des rachats d’action pour 18 mois pour un prix maximum de 180 € l’action. Où est la logique ?

2- La chute des marchés pneumatiques et la diversification des activités de Michelin :
A fin mai, sous l’effet de la crise de la Covid, les marchés pneumatiques étaient en fort recul (-26% TC, -21% PL) par rapport à 2019, sauf en Chine.  Toutefois, les compléments d’activité récents au travers de Camso et Fenner, voire très récents (masques, aspirateurs, visières…) montrent la capacité du Groupe à proposer un large éventail de produits et de services. Et avoir une couverture internationale qui lui permet d’équilibrer les risques.  

 

3- La nomination de deux représentants salariés au Conseil de Surveillance.
Parmi ses deux représentants figurera un membre issu de la CFE-CGC. Il faut y voir la reconnaissance d’un travail de longue haleine de la CFE-CGC, engagé depuis plus de 15 ans maintenant.  Nous saluons cette nomination à venir.

 

Parmi les questions des actionnaires, consultables en ligne (michelin.com / Assemblée Générale 2020 / questions-réponses), beaucoup portaient sur l’environnement. Une interrogeait sur la présence de critères environnementaux dans les accords d’intéressement France. La réponse indique que 40% des accords d’intéressement France incluent un critère d’intéressement. L’occasion pour la CFE-CGC d’exprimer, une nouvelle fois, sa déception que sur le plus important établissement de France, celui de Clermont-Ferrand, aucun critère environnemental n’ait été retenu, malgré notre proposition. D’autres questions étaient relatives à la rémunération (notion de « salaire décent », égalité hommes-femmes, écarts de rémunération dans l’entreprise). Les réponses apportées nous semblent convenues : aucune allusion par exemple aux écarts défavorables avec la médiane marché Hay pour de nombreux collaborateurs et cadres.
 

Dominique Bourgois, Délégué syndical, le 23 juin 2020

ACCORD QVT SIGNE MALGRE LES MINCES PROGRES

Un nouvel accord Qualité de vie au travail a été négocié avec l’entreprise dans le courant du premier semestre 2020. Il concerne l’ensemble des sites France de la MFPM, MTP, CGEM, CSM et Pneu Laurent.

Il devrait être renégocié dans 18 mois, car il ne s’agit que qu’un accord intermédiaire.

 

Cet accord porte sur 4 domaines de la QVT :

  • L’environnement de travail
  • Accompagnement de la parentalité
  • Conciliation vie privée/vie pro
  • Diversité et égalité professionnelle.

Les accords relatifs aux personnes en situation de handicap, le télétravail, les services de santé au travail feront l’objet d’autres négociations pendant l’année 2020.

La CFE-CGC Michelin a fait 48 nouvelles propositions à l’entreprise, parmi lesquelles :

  • La mise en place un plan d'accessibilité pour chaque site (environnement/écologie/liberté style de transport) sur la base d'un diagnostic préalable, et le paiement de la prime prévue par le plan de mobilité du gouvernement de 400€ pour mobilité douce (covoiturage, trottinette, + piéton si distance> 2 km)
  • Allongement du congé paternité de 4 semaines, rémunérées par l’entreprise
  • Revalorisation des CESU à 2000 € / an avec participation de l'entreprise à  hauteur de 1000 €.
  • Création d’un chatbot pour connaître le contenu de l’accord, et les droits des salariés
  • Féminisation de l’industrie : Faire faire des Etudes de poste sur le terrain par les ergonomes (et la MDT) pour valider la féminisation possible et permettre la polyvalence. Sectoriser le poste de Moniteur, adapter la polyvalence d'une autre façon pour leur permettre de progresser.
  • Donner des objectifs de taux de diversité des équipes à tous les managers quel que soit le niveau, et suivre la progression
  • Nommer un/une responsable QVT sur chaque site et lui accorder un budget annuel pour la mise en place de nouvelles initiatives soumises pour validation aux salariés.

 

Malheureusement, aucune progression majeure n’a été validée ! Cet accord comporte quelques timides avancées dans l’accompagnement de la parentalité et la conciliation vie privée/vie pro, mais loin du niveau de ce que nous avions demandé.

 

Voici les principales évolutions validées dans ce nouvel accord :

 

1-L’environnement de travail :

  • Poursuite de la mise en conformité des locaux sociaux dans tous les sites
  • Poursuite du plan de déploiement de la restauration dans chaque site : Une solution dans tous les sites d'ici 2020
  • Création d'une fonction responsable "Expérience employé" pour déployer les initiatives du groupe

2-Accompagnement de la parentalité :

  • Dispense temporaire du travail de nuit ( pdt 1 an) avec maintien des primes et des paniers pendant 9 Mois (au lieu de 3)
  • Possibilité de congés parental pour l'un ou l'autre des parents pdt 1 an sans solde à temps complet ou partiel (mini 16 heures) jusqu’au 4eme anniversaire de l'enfant.
  • Pour les congés parentaux à temps partiel (80%), possibilité de cotiser sur un plein temps pour la retraite. L'entreprise prend en charge les cotisations patronales sur 9 mois ( au lieu de 3).

3-Conciliation vie privée/vie pro :

  • Pour les familles monoparentales ou recomposées, la planification des congés tiendra compte des périodes de garde des enfants
  • Mise en place de dons de jours pour les proches aidants : 5 jours par personne pour toute la carrière (Sept 2020)
  • Hospitalisation nouveau-né : Complément de salaire à 100% pdt le congé en complément des IJ

4-Diversité et égalité professionnelle

  • Mise en place de nouveaux indicateurs de suivi
  • Sexisme : Formation des référents

 

Nous ne sommes pas les seuls à dire que  la qualité de vie au travail et le bien-être des salariés sont des éléments clé pour la performance de l’entreprise. Plusieurs études, et des publications sur les résultats démontrent que les entreprises qui ont développé la symétrie des attentions : « Bien-être des salariés + Satisfaction des clients » ont des résultats financiers meilleurs que les autres. Espérons que cela motivera l'entreprise pour le prochain accord... plus ambitieux. 

 

Fabienne Renard-Lafleur, élu CSE, le 10 juin 2020. 

INTERESSEMENT FRANCE : ACCORD UNANIME, POURTANT A MINIMA

L’accord d’intéressement précédent (2017-2019) se caractérisait par un maximum atteignable de 10% de la masse salariale. Sur cette enveloppe de 10% maximum, la moyenne obtenue a été de 7,5%, tous établissements confondus, sur les trois années. L’accord se basait sur une répartition de l’intéressement comprenant 25% du montant réparti de manière égalitaire (part uniforme) et 75% proportionnel au salaire. Cette partie égalitaire n’existait pas avant 2017.

Le nouvel accord proposé par l’entreprise pour la période 2020 à 2022 s’inscrit dans la nouvelle politique de rémunération variable décidée unilatéralement par le Groupe. Elle est constituée de 3 niveaux :

- le niveau 1 "Groupe" dont le déclenchement est conditionné par l’atteinte d’un niveau de ROS et de free-cash flow,

- le niveau 2 "Equipe" dont le déclenchement est conditionné par l’atteinte d’un niveau de ROS et des objectifs équipe,

- le niveau 3, l’intéressement, conditionné par l’atteinte d’objectifs par établissement.

Les organisations syndicales n’ont pas été associées, ni de près, ni de loin, à la réflexion pour les deux premiers niveaux.

Pour le 3ème niveau, la Direction a fortement réduit l’enveloppe : de 10% à 5,65% de la masse salariale. Nous avons obtenu seulement 0,65% de masse salariale supplémentaire sur ce que prévoyait initialement la Direction. Et lorsque nous avons demandé 0,10% de masse salariale complémentaire, soit 0,85 M€ sur une masse salariale de 850 M€, afin de réduire la perte des salariés de P à K, dont beaucoup sont déjà lésés par des salaires très inférieurs aux médianes marché, nous avons essuyé une fin de non-recevoir. Un sou est un sou.

Pour s’attirer les signatures des organisations syndicales « égalitaristes », la Direction a fortement augmenté la part égalitaire en la portant de 25% à 60%.  Nous étions prêts à accepter une part égalitaire plus importante que celle du précédent accord mais pas dans cette proportion, d’autant plus que l’enveloppe d’intéressement est pratiquement divisée par deux dans ce nouvel accord. La conséquence est une double peine pour les collaborateurs et cadres :

- baisse du gâteau partagé (- 44%)

- baisse de la part du gâteau pour les NRI supérieurs à N.

La Direction déshabille Pierre pour habiller Paul. Les chiffres sont éloquents : tout le monde perdra, notamment les collaborateurs et cadres qui subissent en % davantage que la baisse de l’enveloppe.

Pour vous donner une idée de la perte pour chaque lettre, voici une comparaison entre ce qui a été touché en 2020 (au titre de 2019) pour l’intéressement avec l’ancien accord et ce que vous toucheriez en 2021 (au titre de 2020) pour l’intéressement avec le nouvel accord, toute chose étant égale par ailleurs. 

 

Lettre

Intéressement 2020
(ancien accord)

Intéressement 2021
(nouvel accord)

Ecart en valeur en €

Ecart en %

T

2 321

1 557

  • 764
  • 33%

S

2 425

1 589

  • 836
  • 35%

SR

2 611

1 646

  • 965
  • 37%

R

2 788

1 701

  • 1 087
  • 39%

Q

2 758

1 692

  • 1 066
  • 39%

P

2 885

1 731

  • 1 154
  • 40%

O

3 078

1 790

  • 1 288
  • 42%

N

3 350

1 874

  • 1 476
  • 44%

M

3 663

1 970

  • 1 393
  • 46%

L

4 030

2 083

  • 1 947
  • 48%

K

4 597

2 258

  • 2 339
  • 51%

J

5 489

2 532

  • 2 957
  • 54%

I

6 030

2 699

  • 3 331
  • 56%

H

6 030

2 699

  • 3 331
  • 56%

 

Selon la Direction, ce qui est perdu sur l’intéressement (= niveau 3) pourrait être plus que compensé par les niveaux 1 et 2 car, pour elle, la nouvelle politique variable totale offrirait un potentiel de rémunération très supérieur au système actuel.

Mais aucun élément chiffré n’est venu garantir cette affirmation de gain pour le salarié. La CFE-CGC estime que les niveaux de ROS exigés pour le déclenchement rendent improbable le versement d’une rémunération variable Groupe et équipe en 2021 au titre de 2020.

Nous avons été confrontés au choix suivant : signer cet accord a minima qui entérine d’importantes pertes d’intéressement ou ne pas signer, prenant le risque que les salariés ne touchent rien du tout. Assumant nos responsabilités, nous avons signé cet accord qui, pour des raisons diverses, ne satisfait aucune organisation syndicale mais permet paradoxalement d’afficher la signature unanime des syndicats.

Les établissements vont maintenant négocier leurs propres critères autour de la sécurité, la qualité, la performance économique, le service au client. La CFE-CGC espére que ces négociations feront l’objet d’un véritable échange. Nous avons des doutes sur le sujet, notamment pour l’établissement de Clermont-Ferrand.
 

  

                                              L’équipe de négociation CFE-CGC, le  26 mai 2020.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Section CFE-CGC Michelin