actualité syndicale gestion de carrière, actualité syndicale qualité de vie au travail, actualité syndicale rémunération
actualité syndicale gestion de carrière, actualité syndicale qualité de vie au travail, actualité syndicale rémunération
Le + syndical MICHELIN
Le + syndical MICHELIN
CFE-CGC MICHELIN LE + SYNDICAL MICHELIN

Bonjour et bienvenue

 

Retrouvez dès à présent sur notre site internet CFE-CGC MICHELIN toute l'actualité syndicale de notre entreprise.

Plusieurs onglets sont à votre disposition pour répondre au mieux à vos attentes.

Notre équipe CFE CGC Michelin a pour ambition d'être constamment présente pour vous informer, vous conseiller et vous épauler avec compétence et professionnalisme.
N'hésitez pas à faire appel à votre équipe locale, elle se fera un plaisir de vous aider !

Suivez-nous sur twitter

Rejoignez nous et adhérez

Vous êtes conscient du travail accompli par la CFE-CGC Michelin. Vous partagez ses valeurs et vous appréciez les services rendus.

 

Vous souhaitez recevoir des informations exclusivement réservées à nos adhérents.

 

Notre cotisation reste inchangée pour la 4 ème année consécutive.

Votre adhésion est déductible de vos impôts à hauteur de 66% du montant, ce qui vous fait une cotisation nette de 5 euros par mois pour les plus fortes cotisations.

Vous bénéficierez de plus, d'un tarif préférentiel «nouvel adhérent» la première année et d’un tarif dégressif si vous adhérez en cours d’année.

 

N’hésitez plus rejoignez-nous

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

DEMANDE D' ADHÉSION - (laissez-nous vos coordonnées)

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

Comment nous joindre

250
Rédacteur en chef :
Chris BOYER
Téléphone :
Fax :
Adresse email :
Administrateurs du site:
Brigitte JUCHET et Michel LE-THEIX
Téléphone :
Fax :
Adresse email :

A la UNE

 enquête salaire 2018 

La CFE-CGC Michelin lance son enquête salaires annuelle.

 

Nous vous garantissons la confidentialité de vos données individuelles.

 

Vous trouverez les informations necessaires dans notre rubrique "Enquêtes"

 

Répondez à notre enquête salaire

 

Pour répondre:vous avez plusieurs possibilités:

 

        ou

             - remplissez le formulaire

             - renvoyez-le par mail à l'adresse dl'un des élus CFE-CGC de votre site, dés que possible et au plus tard le 07 juillet 2018

 

Soyez nombreux à répondre. Nous vous ferons un retour en octobre.

Adresse retour de votre enquete salaire :
Téléphone :
Fax :
Adresse email :

Lettre d'information du moi de Mai

 

 

La nouvelle organisation se traduit par une surcharge de travail pour nombre de salariés. Tous les capteurs le confirment : nos contacts directs, la médecine du travail, les études commanditées par l’entreprise auprès d’Alterhego.

 

A Clermont Ferrand, la vague de départs en retraite amplifie le phénomène. Face à ce constat alarmant, nous souhaitons passer 2 messages. L’un à l’adresse de l’entreprise : si un engagement temporaire spécifique est envisageable dans un contexte de réorganisation, il doit être TEMPORAIRE.

 

Il ne doit pas constituer le socle de processus qui n’ont pas été anticipés. Des mesures rapides doivent être prises pour limiter l’ampleur des surcharges : la santé des salariés doit rester la priorité. Il ne suffit pas de diffuser des notes : il faut les mettre en application, sans délai. L’autre s’adresse à nous tous, salariés : l’engagement au service de l’entreprise est louable, mais sans doute pas au point de risquer son équilibre personnel ou sa santé. Nous pouvons tous être touchés. ALERTEZ vos managers et EXIGEZ des mesures correctives avant de franchir le seuil de la douleur. Vos élus CFE-CGC sont à votre écoute et soutiendront votre appel.

 

Denis Paccard – délégué syndical à Clermont Ferrand, le 24 mai 2018

 

Lire la lettre d'information : accessible à tous

Compte rendu de l'assemblée des actionnaires

La séance s’est ouverte sur un rappel des résultats financiers 2017 et les perspectives 2018. La croissance 2017 a été en ligne avec les marchés et le CA tiré à la fois par les hausses de prix passées au premier trimestre pour compenser les hausses de matières premières et par la très bonne tenue des activités de spécialité. La situation financière est particulièrement saine avec une forte génération de Free Cash Flow et un endettement très bas. Pour 2018, le Groupe devrait profiter d’un taux d’imposition en recul sous l’effet de la réforme américaine mais s’attend à subir des effets de change significativement défavorables.

Une présentation fort intéressante de la réalité de la Chine a suivi. Une Chine très moderne et très connectée : des trains allant à 350kms/h, un commerce en ligne très développé avec des géants comme Alibaba, une généralisation des paiements mobiles. La marque Michelin est particulièrement puissante en Chine et s’appuie, entre autres, sur son usine de Shenyang et son réseau de distribution Tyreplus. Mais Michelin doit s’adapter à des formes nouvelles de mobilité, notamment pour la tranche 18-30 ans, très demandeuse de co-voiturage et pour la circulation à 2 roues.

Les éléments de rémunération de MM.  Senard et Rollier ont été clairement exposés et commentés.
La rémunération de Mr Senard se compose ainsi d’une partie fixe (1 100 000 €), d’une première partie variable assise sur les résultats du Groupe (812 612 €), d’une seconde partie variable (883 716 €) assise sur des résultats quantitatifs (atteints à 62/100) et qualitatifs (atteints à 35/50). Cette rémunération est complétée par un intéressement long terme lié à trois critères purement financiers. Le montant de cet intéressement long terme est de 994 860 €, soit le double de l’année précédente mais a été limité « à la demande expresse de M. Senard » comme l’a rappelé opportunément le membre du Comité de Surveillance des rémunérations. Au final, cela fait une rémunération de 3,8 M€, dans la médiane inférieure de la rémunération des dirigeants de Groupe du CAC40. La  résolution concernant sa rémunération a été acceptée à 92% par les actionnaires.

 

M. Senard a ensuite pris la parole, avec un discours prenant de la hauteur et avec des accents de philanthrope soucieux du devenir du monde. Ainsi il a défendu avec vigueur son opposition à l’obsolescence programmée, appelant l’Europe à adapter ses législations dans ce sens. Il a rappelé les enjeux de la diversité dans le Groupe, annonçant au passage 30% de femmes dans le management d’ici 2020. Il a aussi promu le dialogue social, nécessaire « compromis » (sic) entre les exigences des actionnaires et le besoin de « justice » (sic) des salariés. Il a mis en avant les projets de Michelin en termes de campus de formation. Coté business, il a souligné les potentialités ouvertes par l’acquisition du Groupe Fenner et le développement des offres digitales du Groupe. Son émotion était palpable au moment de l’évocation de son bilan et de sa succession, tout comme elle était palpable dans la salle lorsque que M. Pat Cox, membre du Conseil de Surveillance, a évoqué la mémoire d’Edouard Michelin.

 

Enfin, lors des questions de l’assemblée, interrogé par un élu de notre section CFE-CGC, MM. Menegaux et Chapot ont confirmé que la voie du dialogue social engagée par M. Senard perdurerait au-delà du départ de Mr Senard (même si M. Menegaux a précisé que ce dialogue social se ferait « dans l’intérêt de Michelin »). Mr Senard a aussi confirmé la volonté du Groupe d’avoir un (ou une) second(e) administrateur salarié au sein du Conseil de Surveillance lorsque les textes de loi seront promus. Il ne s’est en revanche pas avancé sur les modalités, l’actuel unique représentant ayant été reconduit pour 4 ans sans que les salariés ou leurs instances représentatives n’aient eu leur mot à dire dans la désignation du représentant des salariés. Les questions ont été également l’occasion de faire un focus sur les investissements en Chine et en Inde qui permettent d’accompagner la croissance du Groupe. Il a été rappelé aussi que l’activité du rechapage avait un avenir, notamment dans la perspective de l’économie circulaire.

 

Dominique Bourgois, délégué syndical,  le 21 mai 2018

Qualité de vie au travail  : bilan des actions

L'entreprise a présenté son bilan sur ses engagements pris dans le cadre de l'accord "qualité de vie au travail" :

  • Locaux sociaux :
    • 52% des engagements financiers de l’accord sont faits
    • Problème de mentalité : dégradation de locaux sociaux féminins sur certains sites. Ces actes ne doivent absolument pas être acceptés.
    • Problème de cohérence : besoin de locaux sociaux féminins sur certains sites mais aucun investissement – La CFE-CGC a insisté sur ce point là.
  • Développement personnel, formation : mise en place de CLEA, formation qualifiante pour les agents
    • Mise en place sur les sites de formation pour changer les méthodes de travail
  • Services  au personnel : chaque site a désormais la possibilité de faire appel à une assistance sociale
    • Travail en cours sur : conciergerie et crèche -> bilan en 2019
    • 70% du personnel a accès à de la restauration d’entreprise. Le travail continue sur les sites
  • RPS : de loin le sujet le plus décevant – pas de chiffres, simplement présentation de la méthode de veille à l’aide d’un animateur (mission en plus, trouver les gens ad hoc…). Pourtant ce sujet est aujourd'hui très préoccupant avec la réorganisation, la surcharge de travail qu'elle entraine et l'absence de reconnaissance générale des salariés par l'entreprise (baisse de l'intréressement de tout le personnel de NRP N et supérieur par exemple). Les RPS méritent un accord en propre et un suivi dédié pour que le problème soit pris en compte convenanblement. 

 

    Chris Boyer, délégué syndical, le 15 mai 2018

Handicap : bilan des actions

Le bilan de l’accord QVT a été fait courant avril. Il Contenait le bilan des actions liées au handicap sur 2017. Il est visible que l’entreprise a mis des personnes dédiées sur le sujet:

  • Formation des recruteurs et chargés de recherche des candidatures (un CV a trou n’est pas forcément un critère de rejet)
  • Participation à des salons pour démystifier le handicap pour les recruteurs
  • Adaptation du site internet de recrutement  qui devient handi-accueillant. la CFE-CGC demande que ce système soit adapté aux sites intranet et internet.
  • Diversification des sources de recrutement (vers des publics en difficultés sociales)
  • Communication sur le sujet : tous salariés volontaires (informations sur les sites) et dédiées : nouveaux managers & alternants   & campus manager (personnel en lien avec leur ancienne école)
  • Formation : formations en e-learning sur la sensibilisation au handicap : 3 formations : tous public (FRSP10), dédiée manager (FRSP11), dédiée Gestionnaire de  personnel (FRSP12 )– en accès libre
  • Communication vers de la presse spécialisée qui amène des candidats
  • Recrutement : 2015 :1%, 2017 : 2% (soit 39 personnes) objectif 4% en 2020. Même si Michelin n’est pas exemplaire, des entreprises font mieux que 2%, il faut soutenir la volonté réelle de progrès de l’entreprise.
  • Établissement et service d'aide par le travail :
    • Achat aux ESAT en hausse : +3% à plus de 1M€
    • Répertoire de fournisseurs, indicateurs de pilotage
    • Sensibilisation des acheteurs

 

Notons que récemment le site de Ladoux de Michelin  a accueilli une manifestation de l’association « les amis de Françoise » pour offrir aux enfants malades et handicapés une journée de détente avec des tours de pistes dans des voitures de course, sport (avec  l’aide de Porsche et de son club local, Sodhexo…).

 

Par ailleurs, le bilan du premier DuoDay pour Michelin le 26 avril a permis à 26 personnes en situation de handicap de découvrir l’entreprise accompagnées d’un parrain « valide ». Notons que Toutes les offres de parrainage du personnel Michelin n’ont pas été honorées.

 

Un travail de longue haleine reste à faire pour connecter les deux mondes mais une impulsion visible a été donnée. La CFE-CGC soutient et challenge ces progrès.  

 

Chris Boyer, Délégué Syndical, le 27 avril 2018

 

Intervention de M. Senard au Comité d’Entreprise Européen

       1/ La Roche Sur Yon

 

Suite à l’échec du premier plan et de l’arrêt par  l’entreprise du plan d’investissement initialement prévu  en attendant un nouvel accord, nous sommes extrêmement inquiets sur l’avenir du site, dont la fermeture signerait la fin de la production de pneus PL Michelin en Europe de l’Ouest !

M.Senard redit qu’il fait "une affaire personnelle de la pérennité du site de la Roche", mais que, même si il était convaincu  à l’époque, que l’accord précèdent serait suffisant pour pérenniser le site, il ajoute  que le cout façon est intenable, et même si toutes les raisons évoquées sont valables,  il  a été "contraint de revenir sur sa parole" et de demander ce nouvel accord ;

Il demande aux OS « non signataires » de revenir sur leur position et aux SP locaux de donner les assurances « possibles » manquantes, si  nécessaire. Il se propose même de venir lui-même à la Roche !

2/ Challenge fondamental avant son départ  =  Obtenir la révision du labelling et de leurs tests pour une mesure des performances « dans la durée » en TC et PL =>>> Test neuf (comme aujourd’hui),  mais aussi test à mi usure et à usure 1,6mm => Dis que
s’il obtient cette modification, « 30% des pneus actuels ne passeront pas le test et l’industrie européenne serait sauvée » !?

3/ Répartition des bénéfices avec les actionnaires :

M.Senard reste sur sa position : « Nous avons un accord long terme avec nos gros actionnaires de distribuer chaque année entre 35 et 40% de notre résultat et c’est déjà peu , versus les autres entreprises ; Cette année, et malgré la pression des milieux financiers, compte tenu des bons résultats, j’ai tenu le cap en n’imposant que 36% du résultat»
"Parallèlement, les hausses annuelles de salaire chez Michelin sont depuis 6 ans supérieures au
x gains de productivité et suscitent là aussi, les critiques des milieux financiers => donc je reste convaincu de la justesse de notre position de distribution»
"Par contre, l’actionnariat salarié n’est que de 2% chez Michelin et mon ambition est qu’ il monte à 5/6%, alors même qu’il est jusqu’à 10% dans beaucoup de sociétés".
Il confirme qu’un plan d’actionnariat salarié sera lancé en Septembre/Octobre 2018 et que l’effort sera poursuivi après son départ.


      4/ Son départ en pleine restructuration :

« Question de Principe ;  j’ai atteint 66 ans et avais averti le CEG et le pacte des actionnaires depuis longtemps ; J’espère bien que d’ici Mai 2019,  l’organisation sera stabilisée et les effets visibles ;  et aurais le temps, pendant1 an, en doublon avec Florent M d’assurer toutes les étapes ; D ici là, je reste pleinement le patron et donc responsable des conséquences ; Et après, en Mai 2019, je resterai « proche de Michelin » dans mes nouvelles activités ».

 

Olivier Golaz, délégué syndical, le 22 avril 2108

L'INSERTION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Michelin participe cette année à l’opération Duo Day, le 26 avril prochain, journée dédiée à l’inclusion des personnes handicapées.

 

La CFE-CGC soutient les bonnes initiatives sociales des entreprises et donc relaie le message de celle-ci :

 

"Le Duoday est une action européenne qui vise à optimiser l‘inclusion des personnes en situation de Handicap dans le monde du travail.

Elle se déploie en 2018 à l’échelle nationale sous l’impulsion de Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées. 

 

Le principe :

Durant une journée, une personne en situation de Handicap compose un binôme avec un salarié afin de découvrir son activité.

Au programme : une participation active aux tâches habituelles du collaborateur et/ou une observation de son travail.

Une belle opportunité d’ouvrir nos portes à des personnes en situation de handicap et de sensibiliser nos salariés.

 

Plus d’information sur le site https://www.duoday.fr/

Si vous êtes volontaires pour former un binône, faite le savoir en vous rapprochant de de vos référents handicap. (à Clermont contacter Mme Sylvie Josse)

 

A Clermont, nous recherchons des salariés pouvant faire découvrir leur métier à des secrétaires, des assistantes de direction, des gestionnaires de paie, des concepteurs développeur informatique......

 

Serez-vous le prochain DUO ?"

 

le 16 avril 2018

Teletravail : bilan 2018 de l'accord

L'entreprise avec les Organisation Syndicales signataires de l'accord Télétravail renégocié en juillet 2017 se sont rencontrées ce mercredi 4 Avril pour faire un point d'avancement.

 

La CFE-CGC est heureuse  de constater une progression annuelle de presque 30% du nombre de salariés en télétravail au moins une journée par semaine, pour un total de 723 salariés en France.

 

Cela représente environ 6% de l'effectif Michelin potentiellement éligible. A noter que seulement 30 managers hiérarchiques (20 femmes et 10 hommes) ont dépassé les apriori et profitent de cet accord parmi les 500 cadres qui télétravaillent déjà. 

 

Les personnes télétravaillent en grande majorité un jour par semaine, la somme des jours télé-travaillés représentant environ 160 Equivalent Temps Plein pour tous les sites France.

 

Les sites industriels Français sont à la peine avec uniquement 11 télétravailleurs soit en moyenne 1 personne par site, on peut réellement s'interroger sur les refus non tracés, voire les autocensures.

 

Coté qualitatif, un Guide du Télétravail a été élaboré cette année. Ce document de 8 pages très lisible et pratique sera disponible sous peu sur l'intranet dans la rubrique diversité.

 

Enfin nous avons été informés d’une possible enquête en 2019 auprès des télétravailleurs et de leurs managers pour mieux comprendre les améliorations perçues par l'ensemble des parties prenantes. Cette initiative permettra, nous l’espérons, de faire progresser encore ce sujet qui participe pleinement à l'amélioration de la qualité du travail.

 

En conclusion, la CFE-CGC est satisfaite de l’accélération du déploiement du télétravail chez Michelin. « Cherry on the cake », nous notons qu'il y a encore de la place pour de futur(e)s candidat(e)s. L’entreprise est  encore loin de la limite haute communément admise (30% des effectifs d’un service) et particulièrement sur les sites industriels.

 

T. Palou, délégué syndical, le 16 avril 2018

 

Réservé aux adhérents : document de la commission de suivie

 

commission de suivi                                                                                        accord télétravail renégocié en juillet 2017

L'entreprise avec les Organisation Syndicales signataires de l'accord Télétravail renégocié en juillet 2017 se sont rencontrées ce mercredi 4 Avril pour faire un point d'avancement.

 

T. Palou, délégué syndical, le 12 avril 2018

 

info complete réservée "espace adhérents" rubrique "les négociqtions en cours"

Intéressement : peu d’aMELIORATIONS EN VUE

Les négociations sur l’intéressement pour 2018 se sont déroulées. On reste dans le cadre défini initialement en 2017, avec 3 niveaux :

  • France (niveau 1) : 5% de Masse Salariale
  • MFPM (niveau 2) : 1,5% de Masse Salariale
  • Site (niveau 3): 3,5% de Masse Salariale

Quelques aménagements ont été apportés pour 2018. Il faut bien distinguer le fond et la forme. 

 

Sur le fond, quelques avancées vont dans le sens des salariés. Pour l’accord MFPM, il a été tenu compte du contexte instable actuel pour réviser légèrement à la baisse le nombre d’IP. Pour l’accord site, sur Clermont-Ferrand, nous avons obtenu des échelles plus progressives et plus incitatives. Nous avons validé ces légères avancées sur les niveaux 2 et 3 par notre signature.

 

Sur la forme, on reste dans des schémas de négociation qui ne permettent pas d’avancer. Dans son exercice de la « négociation », la Direction se positionne avec les organisations syndicales dans une relation « Adulte-Enfant ». La Direction pense concentrer tout à la fois le savoir, la compétence et l’expertise. Fort de cette posture, elle définit unilatéralement les objectifs et n’en bouge plus. Ainsi les seuils des Idées de Progrès, le Taux de Gravité, la perte matière, la contribution DCF, autant de sujets divers, ont été imposés sans discussion possible. « Circulez, y a rien à voir… ». A la longue, c’est lassant. A quoi bon « négocier » si tout est décidé d’avance ? La direction nous a fait savoir qu’en 2019, elle associerait les organisations syndicales plus en amont. Un début de changement d’état d’esprit ?

 

Quant à l’accord France, il s’agit d’un accord bancal qui ne peut satisfaire personne, sauf peut-être quelques esprits davantage dogmatiques que soucieux de l’intérêt de l’ensemble des salariés. Cet accord, soumis à de nombreuses conditions, entérine en effet un transfert d’intéressement de salariés vers d’autres salariés. Il s’est traduit par un recul d’intéressement de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros pour des milliers de salariés. C’est indéfendable pour la CFE-CGC. Et la Direction en est réduite à court-circuiter les conditions qu’elle a elle-même imposées pour distribuer un complément d’intéressement. Nous n’étions pas signataires hier, nous ne le sommes pas aujourd’hui.

Quand on considère l’accord d’intéressement dans sa globalité, la Direction a réussi le tour de force de distribuer plus et que dans le même temps des milliers de salariés sur lesquels elle compte touchent moins ! Enfin le fonctionnement de l’intéressement reste accessible aux seuls initiés (faites-le test autour de vous). Il est temps de revenir à des choses plus simples, plus lisibles que les salariés peuvent s’approprier. Et d’écouter les propositions des organisations syndicales, plutôt que de continuer à les considérer comme des « faire-valoir » de second rang.  

 

D. Bourgois délégué syndical le 10 Avril 2018

 

LA Roche sur yon : Position concernant l’accord de réactivité

L’entreprise n’a pas été en mesure de s’engager sur des volumes en 2020, ni sur la reprise des investissements.

 

Comment l’entreprise va gérer cette transition, à ce jour nous n’avons aucune réponse. 

 

Malgré ces différents constats la CFE-CGC sera signataire de cet accord, non pas par conviction mais dans l’espoir de redonner du souffle à l’usine. Nous sommes conscients que l’effort est une nouvelle fois demandé aux salariés. Nous ne signons pas sous la contrainte mais dans une vision de sauvegarde de l’emploi.

 

A l’entreprise, de se montrer maintenant à la hauteur de ses paroles. Rappelons qu’avec un engagement des salariés sans volume le challenge demandé sera difficile à atteindre. La clé de la réussite viendra de la volonté de l’entreprise de faire de l’usine de la Roche sur Yon une usine compétitive pour l’avenir. 

 

Vos élus CFE-CGC restent à la disposition des salariés de La Roche pour répondre à leurs  inquiétudes, interrogations et questions. 

 

texte complet 

 

La section syndicale CFE-CGC de la Roche sur Yon, le 5 avril 2018

Lettre d'information du mois d'Avril

M. Senard a annoncé son départ à l’issue de l’Assemblée Générale des
actionnaires en 2019. D’ici là, il assurera un « doublage » avec M. Menegaux. Nous souhaitons que cette période soit mise à profit pour confirmer la direction engagée en terme de dialogue social et de politique industrielle en France.


Pour la politique sociale, un certain nombre d’initiatives ont été prises avec une volonté d’avancer. Même si certaines restent davantage de l’ordre de la communication que des actes – quelques sujets, notamment économiques restent «la chasse gardée» de la Direction – elles ont permis d’aller de l’avant. Le dialogue social s’est amélioré sous la gérance de M. Senard. Il faut garder le cap et le rythme.

 

Concernant la politique industrielle France, les sites ont déjà payé un tribut conséquent : Seclins, Tours, Bourges, Montceau, La Combaude, Poitiers.

 

Des pactes de compétitivité ont pourtant montré qu’il y a un avenir industriel en France lorsque chaque partie a mis du sien. Nous demandons à la Direction de continuer dans cette voie.

Nous lui demandons également de tenir, dans la durée, les engagements qu’elle prend publiquement. Le cas de La Roche-sur-Yon présente un double enjeu :

- retrouver un pacte de compétitivité réaliste et pérenne, 

- respecter l’engagement public, au titre d’entreprise socialement responsable.

 

JC Laourde – DSC CFE-CGC Michelin, le 4 avril 2018-

 

La suite - accessible à tous 

PLAN DE DEPART VOLONTAIRE : 55 reFUSés

55 personnes ne sont pas admises au plan. Toutes les personnes de novembre et décembre et 8 personnes sur octobre. Toutes les personnes refusées auraient été contactées par le service du personnel. A priori les personnes retenues au plan auraient eu des mails de confirmation.

Parmis les refusées, 3 RQTH et 7 personnes ont racheté trimestre. Pour ces personnes l'entreprise propose qu'ils se rattache à la GPEC avec comme choix :

  • se faire subventionner le rachat de leur trimestre à 50%
  • bénéficier de 54 jours de congés fin de carrière

Les critères appliqués pour choisir parmis les 8 personnes d'octobre :

  • les personnes ayant fait 15 ans ou plus en poste
  • nombre de trimestres cotisés
  • date de naissance.

Le nombre de demande dépasse de 5% l'estimation de l'entreprise qui dit avoir été surprise par le taux de carrière longue (62%). 32 personnes ont acheté des trimestres dont 18 pour partir en 2018. 78% des gens ont choisi de partir au plus tôt en choisissant l'option de 50% de temps libre entre la mise en place du plan et leur départ à la retraite. Ces chiffres traduisent plutôt une volonté de partir au plus tôt, davantage qu'un choix entre la liberté et une entreprise où il ferait bon vivre. Neanmoins ces chiffres n'effraient en rien l'entreprise. 

 

Le rythme des départs sera rapide. Le 1 avril 2019, 750 personnes seront parties. En réponse à l'inquiétude de la CFE-CGC quant à la transmission des affaires et des compétences, l'entreprise prévoit d'anticiper les recrutements et de geler certains projets. Ce que l'entreprise a toujours eu du mal à faire.

 

Laure Trincal et Chris Boyer, délégués syndicaux, le 3 avril 2018

 

Intéressement: pourquoi vous touchez moins alors que l’entreprise distribue plus ?

La direction a communiqué sur un montant d’intéressement global distribué en augmentation de 9% par rapport à l’an dernier.

Or, nous avons eu de nombreuses remontées de salariés qui ont touché moins cette année que l’an dernier, le recul pouvant dépasser les  1 000 €.

Comment expliquez ce paradoxe ?

  • Le montant global distribué concerne 6 sociétés France (et non pas uniquement MFPM, même si la MFPM est de loin la principale société)
     
  • Il faut garder à l’esprit qu’il y a 3 niveaux d’intéressement : France (niveau 1), MFPM (niveau 2), site (niveau 3, Clermont-Ferrand en ce qui nous concerne).
    L’intéressement distribué est bien la somme des 3 niveaux d’intéressement.
  • Le résultat site (niveau 3) de Clermont-Ferrand a reculé. Il était de 2,6% de masse salariale l’an dernier contre 1,95% cette année. Donc moins d’intéressement sur CFE, malgré une évolution de la masse salariale
     
  • Il y a un nouveau mode de répartition sur le niveau 1 de l’intéressement (niveau France) et sur les niveaux 2 & 3 (MFPM & site). Auparavant il y avait 100% de partie proportionnelle et 0% de partie égalitaire. Désormais, il y a 33% de partie égalitaire et 66% de partie proportionnelle sur niveau 1 et 20% égalitaire et 80% proportionnel sur niveaux 2 & 3. Mécaniquement, cela entraîne un transfert d’intéressement de populations (cadres & collaborateurs avec NRI élevés) vers d’autres populations (collaborateurs avec NRI moins élevés & agents). Il y a donc des « gagnants » et des « perdants » dans ce nouveau système. En clair, la Direction a déshabillé Pierre pour habiller Paul, alors qu’elle aurait pu distribuer davantage pour tous.

 

  • Il n’y a pas de « participation légale » chez Michelin France. Le seuil de déclenchement n’est que très rarement atteint. L’accord de « participation dérogatoire » conclu entre 2011 et 2017, n’a pas été reconduit, il a été « remplacé » par « l’intéressement France ».

 

En résumé, si vous êtes collaborateur moyen et dernier échelon et cadre sur Clermont-Ferrand, vous risquez d’être déçu de votre prime d’intéressement. Ces collaborateurs n'ont pas les +9% annoncés par l'entreprise, entre -200 et -300€ pour un cadre de niveau M (premier échelon cadre) et -600 € et -700€ pour un cadre moyen (J). Pour une année de résultats historique, la pillule est amère. 

 

Avec la réorganisation de Michelin et la suppression de 1000 postes cadres et collaborateurs, des objectifs toujours plus ambitieux pour déclencher les primes d’intéressement , la promesse de l’entreprise pour les salariés concernés par ce recul, c’est : travailler plus pour toucher moins.  Un contrat pour le moins douteux.

 

Michelin a largement les moyens de rémunérer davantage ses ouvriers sans ponctionner dans les revenus des collaborateurs et cadres, ne serait-ce qu’en appliquant une politique de rémunération variable agent en cohérence avec les résultats des sites (cf. communication CFE-CGC du 12 mars).

 

La CFE-CGC incite les salariés concernés à remonter leur incompréhension de la politique de l’entreprise par la voie hiérarchique.

 

Rendez-vous la semaine prochaine dans notre lettre d’information pour une information complète. 

 

D. Bourgois et C. Boyer, délégués syndicaux le 26 mars 2018

Plan d'epargne entreprise : votez pour des representants CFe-cgc

Vous êtes appelés à désigner les représentants salariés au conseil de surveillance des fonds du plan d’épargne entreprise (PEE). L’élection aura lieu par vote électronique du 19 au 29 mars 2018. Les représentants seront élus pour 4 ans.

 

Nous vous invitons à faire confiance à vos élus CFE-CGC qui démontrent au quotidien leur engagement au service des salariés, et leur capacité à exercer avec compétence, indépendance, courage, et sens des responsabilités leur mandat de représentant des salariés.

 

La CFE-CGC appelle à voter pour : D. Bourgois, D. Croso, M. Désormières, S. Kielich, D. Paccard, P. Tourlonias

 

Vos élus et les fonds : page 2

l’Honneur d'un salarie

En juillet 2014, Bernard Miguet, alors acheteur France, est convoqué à un entretien préalable à licenciement. Lors de l’entretien, durant lequel il est assisté par la CFE-CGC, la surprise fait place à l’incrédulité. Il lui est reproché d’avoir tiré des avantages personnels de sa position d’acheteur. Il se voit présenter la conclusion d’une enquête totalement à charge, au cours de laquelle sa parole n’est pas écoutée. Pourtant les faits rapportés paraissent ténus pour ne pas dire anecdotiques, et motivés par un fort ressentiment personnel des accusateurs à l’encontre de Bernard Miguet. Il est pourtant licencié pour insuffisance professionnelle (motif étonnant car peu en relation avec la nature des faits reprochés).

 

Bernard Miguet quitte ainsi l’entreprise à 54 ans, après 30 années de service qu’il estime avoir toujours été loyal, avec le sentiment d’avoir été victime d’une cabale.

Avec l’aide la CFE-CGC, il porte son affaire aux prud’hommes.

 

Après avoir refusé de transiger, Michelin est condamné en première instance en octobre 2015 à lui verser une indemnité de 110 000€ pour licenciement abusif, sans motif réel et sérieux. Michelin porte l’affaire en appel. Le jugement est confirmé en novembre 2017 par la cour d’appel de Riom et, cas peu courant, la peine aggravée. Michelin est condamné à lui verser 125800€ au titre de dommages et intérêts suite à licenciement abusif.

 

Bernard Miguet a, au total, touché 42 mois de salaire, répartis entre indemnité légale de licenciement et indemnité de dommages et intérêts suite à licenciement abusif. Cela compense, mais en partie seulement, le préjudice financier d’un licenciement à 54 ans.

 

Mais au-delà de l’aspect financier, la décision de justice a permis à un homme de retrouver son honneur et son image personnelle en famille. Cet article, rédigé avec son plein accord, répond également au même objectif : faire savoir auprès de ses ex-collègues et relations de travail que la justice a rétabli la vérité. à lui verser 125800€ au titre de dommages et intérêts suite à licenciement abusif.

 

 

Denis Paccard, délégué du personnel, le 22 mars 2018

Rapport Notat/Senard sur l’objet de l’Entreprise : de belles intentions à concrétiser

Le rapport Notat-Senard sur l’objet de l’Entreprise a été remis au gouvernement. Il est intéressant à plusieurs titres et nous vous invitons à lire au moins la synthèse (lien téléchargement ci-dessous) :

 

https://www.economie.gouv.fr/mission-entreprise-et-interet-general-rapport-jean-dominique-senard-nicole-notat

Le rapport a le mérite de poser en préambule un regard lucide sur la pression toujours plus grande exercée par les actionnaires dans les grands groupes. L’exigence de rentabilité n’a jamais été aussi forte et c’est un capitalisme excessivement financier, court-termiste, qui prévaut aujourd’hui.

 

Face à ce constat, le rapport propose 14 recommandations concrètes.

 

Nous retrouvons dans ce rapport beaucoup des thématiques que nous évoquons régulièrement. Au niveau national, la CFE-CGC salue les avancées de ce rapport.

http://www.cfecgc.org/actualite/entreprises/l-rsquo-entreprise-objet-d-rsquo-interet-collectif-la-cfe-cgc-salue-les-avancees-du-rapport-notat-senard

Au niveau local, nous encourageons pleinement Mr Senard à mettre en place à titre d’exemplarité ses recommandations chez Michelin. Nous y reviendrons plus en détail dans notre prochaine lettre d’info.


Dominique Bourgois, 19 mars 2018

 

Commentaire de la CFE-CGC Clermont sur 4 des propositions (accessible à tous)

Rapport Notat/Senart
Réactions de la section CFE-CGC Michelin.
Commentaires des recommandation 1,3, 5 et 6
Article Internet CFE-CGC rapport Notat S[...]
Document Adobe Acrobat [41.0 KB]

DistributioN Part variable Agent

L’année 2017 a été la première année de pleine application du dispositif de rémunération variable agents (RVA). Cette application mérite une adaptation de niveau.

 

En effet, lLa CFE-CGC est intervenue pour dire que le taux de distribution moyen (48% du maximum possible) était très faible et, dans certains sites, sans rapport avec la performance économique réelle de l’année.

 

Par exemple, comment justifier un taux de distribution limité à 60% dans un site comme les Gravanches à Clermont Ferrand, alors même que le site a dépassé tous ses objectifs ?

L’équipe de direction du site a-t-elle eu une part variable de 60%. Nous sommes certains que non.

 

La CFE-CGC est intervenue pour demander que le taux de distribution de la RVA reflète davantage la performance économique réelle des sites.

 

Denis Paccard, le 12 mars 2018

La Roche sur Yon : Résister à la chronique d’une mort annoncée

Une réunion extraordinaire du Comité Central d’Entreprise a eu lieu le 22 février dernier. L’entreprise a présenté aux élus une analyse du marché en pneumatiques poids lourd et de la situation de l’usine de La Roche sur Yon qui la conduisent à remettre à plat de l’accord de compétitivité conclu avec les syndicats CFE-CGC et SUD il y a 2 ans.

 

Une première réunion a eu lieu vendredi pour notamment discuter de la forme à donner à la suite de l’accord et de la voie à suivre pour ce faire. Une deuxième réunion aura lieu mardi 13 Mars. La CFE-CGC vous tiendra informés sur son site.  

 

La CFE-CGC appelle l’entreprise à une forme de responsabilité citoyenne : après la fermeture de l’activité poids lourd à Poitiers en 2009, puis de Joué les Tours en 2013, la fermeture éventuelle de La Roche sur Yon conduirait à une situation où plus aucun pneu poids lourd Michelin ne serait produit en France, avec pour conséquence la suppression de plusieurs milliers d’emplois sur les 5 usines concernées.

 

texte complet

 

Denis Paccard, le 12 mars 2018

présentation de HaNDI CAP EVASION sur les sites MICHELIN

La Fondation Michelin finance l'achat de 12 joelettes pour l'association "Handi Cap Evasion" (HCE) qui organise des randonnées à la journée ou à la semaine pour des personnes à mobilité réduite ainsi qu'à des personnes "handi marchantes" ayant un handicap sensoriel.

 

Une présentation de HCE a déjà eu lieu à Ladoux et se fera au Forum du site des Carmes le 20 mars 2018 entre 12 et 14h ainsi qu'à Vannes. L'association recherche notamment des accompagnants pour vivre des moments forts de partage. 

 

La CFE-CGC soutient cette initiative en faveur d'une société "handi accueillante". S'investir dans l'humain est une voie évidente pour redonner du sens à la vie - privée et en entreprise.

 

Découvrir l'association : Hce.asso.fr ; hce@free.fr

 

Chris Boyer, délégué syndical, le 12 mars 2018

Presentation des dispositifs d'epargne retraite

La CFE-CGC vous propose une présentation des dispositifs d'épargne retraite. La présentation sera faite par M. Denis Paccard, délégué CFE-CGC Michelin, titulaire d'un diplôme de gestion du patrimoine. La présentation sera faite de 12h10 à 13h50

  1. le 13/03/18 a Cataroux 
  2. le 20/03/18 à Ladoux 
  3. le 22/03/18 aux Carmes

Pour vous inscrire, les places étant limitées, veuillez contacter Chris Boyer par mail : chris.boyer@michelin.com.

 

le 7 mars 2018

intéressement FRANCE 2018 : Effet BONUS

Le résultat de l’intéressement France sera annoncé le 22 mars. L’entreprise a déjà annoncé qu’elle actionnait un bonus" bien que le seuil de déclenchement de ce bonus basé sur la marge opérationnelle ne soit pas atteint. Certes un bonus, cela n’est a priori que positif mais encore faut-il savoir de combien. Il existe deux possibilités :

  • soit la somme à distribuer est à ce point en deçà des années précédentes qu’il est nécessaire d’activer un bonus pour ne pas trop décevoir les salariés,
  • soit le résultat est excellent et le bonus est activé pour remercier davantage les salariés de leurs efforts dans une année complexe de réorganisation,

La CFE-CGC espère que la situation réelle tient de la deuxième solution et non de la première. Nous le saurons à la publication des chiffres.

 

Cependant dans les deux cas, la CFE-CGC est en accord avec l’entreprise quand celle-ci constate qu’elle peut distribuer sans difficulté davantage d’intéressement « France » avec le niveau de marge opérationnelle actuel.

 

Aurait-elle proposé ceci l’an dernier, la réaction de la CFE-CGC vis-à-vis des propositions de l’entreprise eut été certainement différente. La CFE-CGC se tient à la disposition de l’entreprise pour négocier une telle évolution de l’accord.

 

La CFE-CGC vous donnera une analyse complète de ce "geste" à l'annonce des montants réellement distribués. 

 

  Chris Boyer, Délégué Syndical, le 6 mars 2018

réunion intéressement 2018 critères Clermont-Ferrand.

L’accord d’intéressement est un sujet complexe car il comprend 3 niveaux :
                - Niveau France : jusqu’à 5% de la masse salariale
                - Niveau MFPM : jusqu’à 1,5% de la masse salariale
                - Niveau local : jusqu’à 3,5% de la masse salariale

Pour les critères locaux Clermont-Ferrand 2017, le bilan est le suivant :
                - 2 sont totalement atteints (nombre de brevets / digitalisation)
                - 2 sont partiellement atteints (sécurité / perte matière)
                - 1 pas du tout atteint (contribution de la DCF).
A noter que pour la sécurité, le niveau déjà bas de certains sites (Carmes, Brezet, Gravanches) rendait l’atteinte de l’objectif quasi-impossible.  Au final, les salariés clermontois obtiennent 1,95% sur 3,5% possibles, soit 55% du maximum atteignable. Un résultat peu rémunérateur au regard du résultat net historique du Groupe.

Pour 2018, nous avons eu la (mauvaise) surprise de découvrir que les seuils d’objectif pour la sécurité (= principal critère), la perte matière et la contribution ont été unilatéralement décidés par la Direction, sans aucune discussion préalable avec les organisations syndicales signataires de l’accord : non négociables. Ces critères ont pour dénominateur commun d’avoir un impact financier. Et dès qu’il y a un enjeu financier, la « négociation » est cadenassée à double-tour par la Direction. Ce n’est ni le signe, ni l’esprit d’un dialogue social adulte.

 

La Direction a proposé un plan de communication ciblé pour sensibiliser les différentes parties prenantes aux critères, notamment pour la sécurité où la culture dans le secteur tertiaire reste  éloignée de ce qu’elle est en milieu industriel ou logistique.

Deux autres réunions sont prévues en mars et avril.

 

Dominique Bourgois Délégué syndical CFE-CGC, le 1er mars 2018

Résultats Michelin 2017 : l’analyse de la CFE-CGC

Avec une progression des ventes nettes de +5% à 21,96 Milliard d’€ et un résultat net historique de 1,693 Milliard d’€, les résultats 2017 sont incontestablement très bons.

 

Cependant, ils traduisent une stratégie d’écrémage où la rentabilité prime sur les volumes. Le Groupe a ainsi ciblé sa croissance sur les segments très profitables (TC 18 pouces et +, GC, Avion) aux dépens des segments à moindre marge (TC mass-market notamment). La priorité donnée à la marge se voit également dans la structure de la progression du CA qui tient davantage de la progression du prix-mix que des volumes. Ainsi la progression des volumes sur le Tourisme et le Poids-Lourd est inférieure à celle des marchés. L’arbitrage marge/volumes est toujours un exercice délicat, surtout lorsque l’exigence de profitabilité est forte, mais dans un contexte de « paupérisation » des marchés Tourisme et PL (glissement du T1 vers T2 et surtout T3), il ne sera pas simple de tenir durablement des prix « premium » sans risques de pertes de volumes.  Par ailleurs, la pression sur les coûts s'est maintenue.

Pour les actionnaires, l’envol du dividende se poursuit avec une progression de 9,2%, après une hausse de 14% l’an dernier et 14% l’année précédente. Sur une base 100, cela donne une progression de plus de 40% en 3 ans. Malheureusement, dans le même temps, les salariés MFPM n’ont pas vu progresser leur intéressement et leurs salaires avec la même dynamique, loin s’en faut. 2017 inscrit donc une continuité dans le traitement asymétrique entre les actionnaires, choyés et les salariés, largement mis à contribution (réorganisation et PSE en France notamment) sans bénéficier des mêmes égards que les actionnaires.

Les perspectives financières 2018 sont prometteuses avec des marchés annoncés à la hausse, un recul attendu du prix des matières premières et un taux d’imposition qui devrait reculer de plusieurs points sous l’effet de la réforme fiscale aux US où Michelin réalise une part importante de son activité. Seule ombre au tableau : des effets de change qui pourraient être défavorables. On surveillera enfin l'impact des mesures protectionnistes américaines, impacts qui restent incertains à ce jour. 

 

Enfin, la CFE-CGC regrette dans cette litanie de résultats économiques et financiers, l’absence de communication d’éléments relatifs au développement durable.  L’environnement est un « actif » aussi essentiel que le capital et pour une société qui défend un développement durable, nous aurions apprécié une démarche mettant davantage en avant la prise en compte des réalités environnementales d’aujourd’hui.  

 

 

Dominique Bourgois, Délégué syndical, le 16 février 2018

réorganisation de l'activité dédouanement de Clermont

Le CHSCT  COMBAUDE a été consulté ce mardi 06 février sur la réorganisation de l'activité dédouanement de Clermont Ferrand qui va entrainer la suppression de 7 postes sur les 10 emplois actuels.

 

Les nombreuses explications fournies par Delphine Neveux responsable Douane Groupe à la DCF montrent que le processus actuel du groupe est largement perfectible. Il y a un nombre pléthorique de sociétés commissionnaires en douane travaillant pour Michelin selon des processus non standardisés, un référentiel commun groupe inexistant (codes douanier, origines de production et préférentielle…), une activité opérée/pilotée avec des outils bureautiques spécifiques à chaque pays, des couts qui profitent un peu trop aux transporteurs et aux commissionnaires. Le projet de réorganisation est une démarche de rationalisation et de mutualisation, avec une recommandation d’avoir un commissionnaire unique pour l’Europe et une équipe douane dédiée à l’administration du référentiel douane en CESP en Roumanie (mais est-ce seulement pour cette activité douane à terme ?).

 

De manière générale, la CFE-CGC s'abstient de porter un avis CHSCT dès lors qu'il s'agit de supprimer des emplois sur Clermont Ferrand. Elle reste très attentive  à la manière dont le personnel est replacé sur d'autres postes. Dans le cas présent, seules 3 personnes sont à replacer, les 4 autres partant en PDV.

 

 

T. Palou, secrétaire du CHSCT, le 11.02.2018

Retour des SITES pilotes sur la valorisation des compétences agents

L'entreprise a fait aux organisations syndicales le retour de ses essais sur des sites pilotes pour valoriser la compétence des Agents (dénomination usuelle des ouvriers chez Michelin).

 

Après 2 années de travail sur le sujet, l’entreprise n’est pas capable de donner des perspectives de date et/ou moyens de mises en place de cette reconnaissance agent.

 

Elle montre la volonté de déployer en France comme sur les sites pilotes, dans les usines sur demande des sites, services, ateliers, Ilots, les stades suivants :

  • identification des compétences
  • reconnaissance non monétaire
  • coefficient/référent
  • promotion

Mais aucune reconnaissance monétaire directe.

 

T. Bluteau, délégué syndical, le 11 février 2018

 

Retrouvez le CR complet sur notre espace adhérents

 

.

Retrouvez des INFOS sur l'interessemEnt sur les pages SITES

Clermont, LA Roche, Cholet, Paris, Tours, Bourges, Troyes, Bassens, Vannes... Sites

lettre d'information février 2018

Plus de pouvoirs aux salariés, c’est possible (Page 2) :Le 15 décembre 2017, M.Senard a été désigné lauréat du Grand Prix de l’Economie par le quotidien « Les Echos ». Dans une  interview que les adhérents retrouveront sur notre site, il salue « la véritable envie d’avancer des syndicats réformistes ». Il souligne que face aux défis sociaux et environnementaux, générer des profits ne peut plus être le seul moteur de l’entreprise. Nous adhérons
pleinement à cette vision.
Objet social de l’Entreprise : une opportunité d’avancer (Page 3): A l’occasion du  lancement des travaux sur « entreprise et bien commun » par la Ministre du travail, en présence des Ministres de la transition écologique et solidaire, de l’économie et des finances et de la justice, la CFE-CGC rappelle l’urgence à redéfinir la place et les missions de l’entreprise dans l’économie et la  .société.
Négociation salaires : pourquoi nous n’avons pas signé (Page 4): Deux journées autour d’une table de négociation pour aucune avancée par rapport à la proposition initiale ! C’est avec frustration que nous avons quitté la table de ce que nous avons du mal à qualifier de «négociation»
Votre CE évolue (Page 5): Vos élus ont souhaité mener une réflexion sur les évolutions du CE depuis sa mise en place dans les années 60. Cette réflexion a associé l’ensemble des élus et membres de commission. Le constat est une perte progressive de sens, car petit à petit, l’axe dominant est devenu la distribution de pouvoir d’achat.
GPEC + 1 an (Page 5): L’entreprise a proposé un avenant à l’accord GPEC de 2016 pour en
étendre les modalités à l’année 2020.
#Chez Michelin aussi (Page 6): Il a été porté à notre connaissance des faits qui, malheureusement, prouvent encore une fois que l’on n’est à l’abri nulle part…
Muscler votre anglais (Page 6): Si vous avez besoin de dégourdir ou muscler votre anglais, l’entreprise vous propose des stages d’immersion, notamment sur la région … Auvergne.
Appréciations 2018 (Page 6): Le document de PGD (performance globale dans la durée) n’a plus cours, il est remplacé par les Feedback Fréquents. Or de nombreux salariés n’en ont qu’un, voire aucun.
QVT Gravanches (Page 6): Depuis de nombreux mois la CFE–CGC interpelle l’entreprise sur les différences de traitement entre les sites français concernant les budgets Qualité de Vie au Travail. Les Gravanches et Troyes sont les parents pauvres de la politique d’amélioration de la QVT, en comparaison des efforts louables fait sur les sites engagés dans des plans de compétitivité (FCI), les Carmes et Ladoux.

 

Clermont-Ferrand Le 01 Février 2018

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

lire la lettre d'information

 

-----------    ENQUêTE qualité de vie au travail 2017  -----------

 

Soyez nombreux à répondre

 

 

La CFE-CGC Michelin lance une enquête Qualité de Vie au Travail.

La réorgannisation qui sera mise en place au début 2018 va générer temporairement des perturbations significatives avec à la clé une surcharge de travail et de stress et ceci bien avant d'aboutir aux effets recherchés.

C'est pour cela que nous lançons dés aujourd'hui cette enquête pour pouvoir avoir une image de la situation avant changement. Nous renouvellerons cette enquête tous les ans jusqu'en 2020 pour évaluer des résultats obtenus.


Merci à celles et ceux qui ont déjà répondu.
Pour fiabiliser encore les résultats, nous avons besoin de davantage de retours.

 

Nous vous garantissons la confidentialité de vos données individuelles.

 

Pour répondre:

 - téléchargez le formulaire dans l'espace "Enquêtes".

 - renvoyez-le par mail à l'adresse enquetes ou par courrier interne à l'un des élus CFE-CGC de votre site, dés que possible.

 

Nous préférons les fichiers sous format excel pour faciliter le traitement. Si toutefois vous choisissez d’utiliser le formulaire d’enquête salaires sous format papier vous trouverez dans l'espace "Enquêtes", les correspondants à qui vous pouvez les adresser.

 

La ROCHE : projet d'investissement revu à la baisse

Le 01 février, la direction du site de la Roche sur Yon annonce : « le gel des investissements, une adaptation de la structure au nouveau contexte et des frais d’exploitations adaptés au juste nécessaire ».

 

Cf. la communication de La section syndicale CFE-CGC de la Roche sur Yon

Commnication de la section syndicale CFE-CGC de la Roche
Contexte local
Historique des plans
Engagement de la CFE-CCG
Tract skipper gel des investissements A3[...]
Document Adobe Acrobat [90.5 KB]

Revue de presse : Article de presse sur le sujet - réservé aux adhérents

projet de transfert  activité vers Olstyn

Le lundi 22/01 l'entreprise a convoqué le CHSCT de la COMBAUDE pour consultation sur un projet de transfert de l'activité textile vers OLSTYN.

 

Ce transfert qui se terminera fin 2019, supprime 16 postes à Clermont Ferrand (2 Plan de départ Volontaire, 5 retours d'expatriés Polonais à Olstyn, 9 réaffectations sur Clermont-Ferrand). Il est explicitement justifié par des gains de performance économique. En effet 75% de nos besoins en renfort textile sont actuellement achetés sur un marché très concurrentiel, l'entreprise acceptant de conserver 25% de MAKE pour conserver une expertise à condition de comprimer les couts.

 

Actuellement l'industrialisation des renforts textiles est faite à Clermont-Ferrand alors que 66% de la production se fait à Olstyn.  A terme, un seul industrialisateur sera localisé à Clermont pour mettre au point les produits très technologiques. l'entreprise nous a assuré que les laboratoires de mesure et d'essai resteront impérativement sur Clermont au plus près de la conception et du développement.

 

Toute suppression de poste sur la France étant difficilement acceptable, les membres du CHSCT ont voté "Contre" à la majorité des présents. Ils sont confiants sur le traitement des transferts et des réaffectations et resteront mobilisés pour le garantir.

 

T. Palou, secrétaire du CHSCT Comabude

M. Macron échange avec la CFE-CGC chez Michelin

M. Macron et M. Laourde (DSC de la CFE-CGC Michelin) et MM.Soule et Croso (Secrétaires des CHSCT du site de recherche de Michelin)

M. Macron a fait une très bonne impression aux salariés sur le site. Ceux qui ont pu l’approcher, en ont gardé un sourire persistant.

 

La CFE-CGC reste critique vis-à-vis programme social du gouvernement (cf. ci après le document  échangé avec son conseiller) mais se félicite de voir que le Président défend l’image de la France et amène une énergie bienvenue où il passe. M. Le président a salué l’investissement de Michelin sur Clermont avec URBALAD, le centre de technologie – une belle réussite.

 

M. Macron a discuté environ 5 minutes avec les représentants de la CFE-CGC, premier syndicat de Michelin France.

 

Les représentants des salariés ont fait passer les messages suivants :

  1. Relation partenaires sociaux chez Michelin est constructive malgré une difficulté de l’entreprise dans les négociations. La négociation sur les instances représentatives du personnel à venir va être structurante. La CFE-CGC espère saisir la marge de manœuvre de la loi Macron. « C’est fait pour, poser un cadre, à vous de jouer ».
  2. Le gouvernement doit permettre aux entreprises de se financer en dehors des marchés qui demandent des rendements économique importants qui pèsent sur les emplois.
  3. Il faut mettre un point d’honneur à la sauvegarde l’emploi notamment de la production  en France et à Clermont-Ferrand. La France a besoin de fonds souverains recherchant des rendements sur plus long terme (15% du capital de Peugeot…, des fonds Européens ?).
  4. Il faut travailler sur les « benefits » – Permette des rémunérations à la hausse quand les résultats sont là : abaisser les impôts sur les actions gratuites. Calculer l’intéressement / participation aussi sur les résultats groupe et non France qui sont optimisés pour diminuer l’impôt. M. Macron a pris note et a rappelé la mission de MM. B. Lemaire et JD Senard.
  5. Les décalages d’intéressement entre les entreprises allemandes WW et Continental et les entreprise françaises.   
  6. Féliciter M. le Président sur son engagement et la mise en valeur de la France (Discours de Davos)

 

Auprès de ses conseillers, la CFE-CGC a signalé le risque pesant sur la présence des délégués sur le terrain avec la nouvelle instance et concernant le renouvellement des générations si les syndicalistes passent à temps plein, le problème de la gestion de carrière et des temps syndicaux (pas de remplacement des élus dans les service ).  La CFE-CGC a également éclairé les conseillers sur la représentation des salariés auprès du CA du groupe par un syndicaliste choisi par la direction, sans pouvoir et peu visible des salariés.

 

Chris Boyer, délégué syndical, le 1er février 2018

La CFE-CGC communique avec les conseillers de M. Macron

A l’occasion de la visite du Président Macron à Ladoux le 25 janvier 2018, la CFE-CGC Michelin a demandé à être reçue pour alerter le Monsieur le Président sur l’écart croissant et préoccupant de partage des richesses entre salariés et actionnaires qu’elle dénonce depuis de nombreuses années dans ses lettres d’information.

 

Jean Christophe Laourde, délégué syndical central, et Denis Paccard, délégué syndical à Clermont Ferrand, ont été reçus par M. Jonathan Nussbaumer, conseiller technique industrie, artisanat et commerce auprès du Président de la République.

A cette occasion, ils lui ont remis une synthèse du constat établi par la CFE-CGC.

Nous partageons dans le document joint ce constat avec nos fidèles lecteurs.

 

Denis Paccard, délégué syndical, le 31 janvier 2018

Document partagé avec le conseiller du Président Macron à l'industrie
Un écart de partage des richesses préocc[...]
Document Adobe Acrobat [337.1 KB]

COMMISSION DU PSE de Clermont-Ferrand

Le 24 janvier a eu lieu la première réunion de suivi de l'accord PSE de Clermont Ferrand avec les organisations syndicales signataires de l'accord.

 

Quatre thèmes principaux ont été analysés.

 

Adhésion au PDV:

L'entreprise a présenté les chiffres d'adhésion sur différents axes, que les organisations Syndicales ont pu consulter et questionner. Elle signale que tous ses  propres indicateurs laissent penser que les adhésions ne dépasseront pas le quota de 970.

 

Nous avons pu constater que les départs se feront plus rapidement que souhaité par l'entreprise car il y a 62% de "carrière longue" et que seules 20%  des personnes choisissent l'incitation  2/3 activité + 1/3 d'inactivité. A noter aussi que seulement 10% des personnes pouvant reculer leur départ en retraite d'une année supplémentaire pour éviter la décote des 10% sur leur complémentaire ont choisi cette formule.

 

Mobilité fonctionnelle:

Le basculement dans la nouvelle organisation a principalement consisté à changer les codifications et mettre à jour les codes emploi. Quelques erreurs de codification des site-section, affectation, manager et transfert dans e-perf ont été constatées, pouvant produire des blocages opérationnels. Ces erreurs doivent être corrigées début février et ne devraient pas avoir d'impact sur la paye des salariés.

 

Ecoute et soutien des salariés:

Les entretiens de soutien par téléphone ont augmenté en fin d'année. S'agissant de la cellule d'écoute, il y a eu environ 50 consultations par mois  sur les sites de CAR et LAD sur les deux derniers mois.  Il reste à surveiller la tendance sur janvier.

 

Equiper les acteurs clé de la prévention

Les ateliers (1h30) destinés à la formation pratique des managers ont repris sur LAD et CAR, il n'y a pas assez de participants sur CTX.

Deux nouveaux thèmes ont été lancés: "Prendre du recul en situation de tension"  et "Aider un équipier à prendre du recul en situation de stress"

 

En conclusion, nous restons en "vigilance orange" et avons rappelé à l'entreprise qu'elle doit contractuellement fournir un planning des départs volontaires par métier et par mois sur l'horizon 2018-2020.  Ceci afin de nous permettre d'identifier les secteurs sensibles et de suggérer des actions "terrain" de réduction des risques.

 

T. Palou le 28 janvier 2018

Visite de M. LE PRESIDENT MACRON CHEZ MICHELIN

Ce jeudi 25 janvier, M. Macron se rendra à Clermont-Ferrand où il visitera notamment le tout nouveau centre de recherche de Michelin à Ladoux. M. Macron, contrairement à son prédécesseur M. Hollande, ne prévoit pas qu'un temps d'échange symbolique avec les Organisations Syndicales. La CFE-CGC a donc demandé à la préfecture de rencontrer l'un des conseillers de M. le Président de la République afin d'échanger principalement sur deux thèmes :

  • le partage des bénéfices entre l'entreprise, les actionnaires et les salariés.
  • la participation des salariés dans le processus décisionnel de l'entreprise, sujet pour lequel M. Senard, président du groupe Michelin, est impliqué dans une réflexion au niveau national.

Une occasion de faire entendre la voix des salariés au président de la république.

 

      JC Laourde, délégué syndical central, le 23 janvier 2018

 

transformation de la fonction "personnel"

Le GT avec les Instances Représentatives du Personnel  sur la transformation de la Fonction Personnel a redémarré le jeudi 18 Janvier 2018, après un arrêt de six mois pour cause de négociation PSE. Frédéric Pierru, chef de projet de cette transformation, est venu nous présenter l'avancement 2017 et le planning 2018-2019

 

  • L'année 2017 a été principalement consacrée à la mise en place des feedbacks fréquents et de la gestion par les managers de l'évolution des salaires.

Graphique à l'appui, l'entreprise nous a montré que 90% du personnel a au moins un Feedback fréquent tracé dans E.Perf et que chaque mois 10% des employés ont un feedback supplémentaire. Concernant la qualité des feedbacks, seule l'enquête « Avancer Ensemble » permet de l'estimer, à partir des réponses à certaines questions. Au dire de l'entreprise, il y a une amélioration des réponses par rapport aux années précédentes. 

  • En 2018, la vague 2 consiste à donner les moyens aux employés et managers pour devenir acteurs de leur développement.

Cela signifie que l'effort va être porté sur les chantiers suivants :

  • Définition des interactions entre le partenaire de développement et le manager de compétences.
  • Préparation des acteurs de la fonction P dans leurs nouveaux rôles.
  • Mise en place du réseau de partenaires de développement.
  • Déploiement en juin 2018 de l'outil Intouch en remplacement de chorus avec bien sûr des fonctionnalités supplémentaires notamment sur le poste à pouvoir et les compétences requises.

 

  • En janvier, le portefeuille de chaque gestionnaire va être adapté afin que chaque manager n'ait plus qu'un seul gestionnaire pour l'ensemble de son équipe. Un gestionnaire devant avoir au maximum 40 managers à coacher et 350 personnes au total à développer. A noter que le terme "Partenaire de développement" ne sera utilisé qu'après la mise en place de la nouvelle façon de travailler.

 

  • Dans le cadre de la symétrie des attentions, l'expérience « employé » est capturée par l'équipe projet grâce à la participation de 14 personnes issues du « terrain » dont 2 représentants du personnel. Une première réunion a eu lieu en septembre, une seconde réunion aura lieu fin février.  Enfin, certains représentants du personnel vont participer activement aux tests de l'outil Intouch.

La prochaine réunion du GT sera consacrée à la gestion du changement c'est à dire à la communication et la formation pour déployer cette nouvelle manière de travailler.  Nous vous tiendrons informé.

 

Clermont-Ferrand Le 20 Janvier 2017

Thierry Palou

REMUNERATION DES ACTIONNAIRES

Le niveau de restitution aux actionnaires (dividendes + rachat d’actions) des Groupes du CAC40 s’est établi à 50,9 Milliard d’€ en 2017. Il apparaît en recul de 4,8 Milliard d’€ par rapport au niveau record de 2016.

Cependant, ce recul de retour aux actionnaires est en trompe l’œil. En effet, le résultat 2016 avait été fortement tiré vers le haut par Vivendi (3,7 Milliard € versés en 2016) qui n’a pas reconduit en 2017 son niveau de distribution exceptionnel. Par ailleurs, il y a eu un « effet-mix » dans la composition du CAC40, 2 sociétés distribuant beaucoup (Nokia, Klepierre) ayant été remplacées par 2 sociétés (STMicroelectronics, Atos) distribuant moins. Si on neutralise ces effets, la tendance est à une augmentation des versements de 11%. Le millésime 2017 reste donc un bon millésime pour les actionnaires. Par ailleurs, on constate un recul des rachats d’actions (6,5 milliards d’€ versus 9,5 milliards en 2016).

 

Concernant Michelin, le Groupe a versé 585 M€ de dividendes en 2017, soit une progression de 14% par rapport à 2016. En revanche, le rachat d’actions est en recul à 100 M€ (contre 300 M€ en 2016), suivant ainsi la tendance observée sur l’ensemble des Groupe du CAC40. Cela nous paraît une bonne chose car d’une part le Groupe avait dépensé en rachat d’actions plus d’un Milliard d’€ en cumulé sur 4 ans (2013 à 2016) et d’autre part, nous ne voyons toujours pas l’utilité de ces rachats si ce n’est de satisfaire l’appétit des actionnaires. Malheureusement, cette prodigalité ne se retrouve pas pour les salariés (intéressement, salaires).

 

le 19 janvier 2018

D. Bourgois

Petit rappel des offres CE pour Janvier 2018

Avant le 31 Janvier 2018 :

  • Chèques vacances 2018 : Date limite d’inscription
  • Aides sur factures 2017: Transmettre les justificatifs d’aides.

A faire :

  • Déclarer les revenus pour 2018 (avis d’imposition 2017 pour revenus 2016) pour être a jour pour vos inscriptions soumise à quotient familial.
  • Vérifier l’exactitude des éléments transmis au CE (adresse, numéro téléphone, mail perso, composition familiale,...).
  • Fournir un RIB en cas de changement de banque.

Tout ceci peut se faire sur internet :

  • Pour les chèques vacances rubrique : mes vacances / adulte & famille
  • Pour l’aide sur facture rubrique : mes aides / toutes les aides
  • Pour les coordonnées & quotient familial rubrique : mes comptes / ma fiche

A paraitre :

  • Le hors-série destination Vacances 2018 sera disponible le 26 Janvier 2018 avec 39 nouveautés et 219 destinations. Pour bénéficier de la gestion de priorité .
  • Vos demandes pour des séjours compris compris entre le 30 Juin et le 1er Septembre seront à effectuer au plus tard le 06 février 2018.

Nouveaux horaires :

  • Ouverture au public : Mardi, Mercredi, Vendredi de 11h30 à 18h et Samedi de 10h à 16h (fermé le jeudi en plus du Lundi).
  • Permanence téléphonique : Mardi, Mercredi, Vendredi de 9h à 12h
  • Permanence à Ladoux : à partir du 04 Janvier tous les jeudis au kiosque CE, l’accueil du CE assurera une permanence entre 12h et 14h.

 

Pour connaitre les modalités de toutes ces aides et avoir des renseignements complémentaires sans vous déplacer:

- rendez-vous sur le site CE (www.cemichelin.fr - Rubrique « Mes Aides » - « Toutes les aides » ou « Aides Service »

- ou écrivez sur la messagerie du CE : accueil@cemichelin.fr

- ou téléphone au 04 73 92 34 30.

 

Clermont-Ferrand Le 15 Janvier 2017

Brigitte Juchet

 

 JOYEUSE FÊTES 

 

 

 et 

 

 

 BONNE ANNEE 2018 

-

 

 

Toute l'équipe de la CFECGC Michelin vous souhaite de joyeuses fêtes et une bonne et heureuse année 2018.

 

                                                                                                              Le 28 décembre 2017 

AugMENTATION 2018

L'enquête salaire 2017, CFE-CGC a révélé une année de plus que l’entreprise Michelin paye ses salariés à 94.5% de la médiane marché.

 

En 2018  Michelin annonce des augmentations de :

  • 2.6% pour les agents
  • 2.8% pour les collaborateurs
  • 3.2% pour les cadres

Michelin compare dans communication interne ces pourcentages à ceux donnés par des institutions extérieures : entre 1.7% et 2.4% selon les sources. Cette comparaison a  pour objectif de démontrer aux salariés l’effort de l’entreprise sur ce point.

 

La CFE-CGC MICHELIN note l’effort de l’entreprise mais souligne que cette augmentation n’amènera les salariés qu’à 95.1% de cette médiane qui comporte 600 entreprises. L’année prochaine, Michelin, entreprise du Cac 40, aux résultats financiers excellents contribuera encore à tirer les salaires Français vers le bas.

 

Si l’effort fait cette année est réitéré, Michelin mettra 8 ans à rattraper son retard. La CFE-CGC pense que Michelin a les moyens de rattraper l’écart vis-à-vis du marché plus rapidement.

 

Ce n’est pas tout de reconnaître verbalement les efforts faits par les salariés, il faut aussi entrer dans le concret

                                                                                                              Le 20 décembre 2017

 

                                                                                                              Les délégués syndicaux CFE-CGC

lettre d'information décembre 2017

La CFE-CGC est signataire du plan de départ volontaire de 970 salariés sur l’établissement de Clermont Ferrand.

Nous répondons ainsi aux attentes des salariés en fin de carrière. Nous avons obtenu les améliorations essentielles que nous demandions. (voir page 3)

Nous voulons souligner que cet accord n’est en aucun cas une caution de la suppression de 970 emplois à Clermont Ferrand.

La nouvelle organisation est destinée à donner à l’entreprise une plus grande orientation client et à promouvoir la simplification et la responsabilisation. La suppression de nombreux postes à Clermont Ferrand n’est pas nécessaire à l’atteinte de cet objectif. La finalité du plan de volontariat est plutôt d’atteindre les objectifs de rentabilité par une baisse importante de la masse salariale à partir de 2020 (voir page 2).

Nous sommes par ailleurs très inquiets sur l’accompagnement de la mise en place de la nouvelle organisation (voir pages 4 à 7). Les négociations ne nous ont pas rassurés, que ce soit en termes de charge de travail ou de ressources de formation, ni même en termes de démarche d’accompagnement du changement. Les informations reçues laissent penser que le « change management » reposera très largement (trop selon nous) sur la capacité d’auto-organisation des nouvelles structures.

Nous espérons que l’entreprise saura réagir et créer une dynamique d’accompagnement des salariés. C’est indispensable !

Nous lançons une enquête QVT (ci-dessous) pour avoir un point de référence de la situation avant réorganisation. Nous vous encourageons vivement à y participer. Nous la renouvellerons dans l’année 2018 pour mesurer l’évolution en cours de déploiement.

 

Clermont-Ferrand Le 10 Décembre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

lire la lettre d'information

prendre connaissance des revendications salariales de la CFE-CGC

-----------    ENQUêTE qualité de vie au travail 2017  -----------

 

Soyez nombreux à répondre

 

 

La CFE-CGC Michelin lance une enquête Qualité de Vie au Travail.

La réorgannisation qui sera mise en place au début 2018 va générer temporairement des perturbations significatives avec à la clé une surcharge de travail et de stress et ceci bien avant d'aboutir aux effets recherchés.

C'est pour cela que nous lançons dés aujourd'hui cette enquête pour pouvoir avoir une image de la situation avant changement. Nous renouvellerons cette enquête tous les ans jusqu'en 2020 pour évaluer des résultats obtenus.

 

Nous vous garantissons la confidentialité de vos données individuelles.

 

Pour répondre:

 - téléchargez le formulaire dans l'espace "Enquêtes".

 - renvoyez-le par mail à l'adresse enquetes ou par courrier interne à l'un des élus CFE-CGC de votre site, dés que possible.

 

Nous préférons les fichiers sous format excel pour faciliter le traitement. Si toutefois vous choisissez d’utiliser le formulaire d’enquête salaires sous format papier vous trouverez dans l'espace "Enquêtes", les correspondants à qui vous pouvez les adresser.

 

Clermont-Ferrand Le 10 Décembre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

reunion Officielle CE clermont-ferrand du 23 novembre

La dernière réunion officielle CE a eu lieu le 23 Novembre 2017.

Les sujets suivants ont été abordés:

  1. Information du CE sur le plan de formation 2018.
  2. Information et consultation du CE sur la programmation annuelle des jours travaillés et sur les calendriers collectifs au sein de l’établissement pour l’année 2018.
  3. Information du CE sur diverses organisations pour la fin de l’année 2017 au sein de l’établissement.
  4. Point de situation sur le projet Campus.(voir résumé de la présentation du projet Campus).
  5. Point de situation sur la négociation de l’accord RS sur l’établissement dans le contexte de la publication des ordonnances Macron.
  6. Information du CE sur les équipes basées à Lyon (DGAD,…)
  7. Information concernant le site de la Combaude.
  8. Rattachement du site au domaine matériaux (RT).
  9. Arrêt de l’étude sur le projet logistique "Grand Clermont ".

 

Brigitte Juchet élue CE de Clermont-Ferrand

Clermont-Ferrand le 03 Décembre 2017

 

ABANDON DU PROJET LOGISTIQUE GRAND CLERMONT

En janvier un projet de regroupement des activités logistiques Génie Civil en lieu et place des ateliers de rechapage COMBAUDE avait passé son X1 avec succès. 

 

Ce projet devait permettre de supprimer les débords structurels des Magasins de UMO et de CPY. Il devait également libérer de l'espace sur CHANTEMERLE pour absorber d'autres structures de débords situées aux alentours de Clermont Ferrand.

 

Au X2, le projet est finalement abandonné dû à un coût d’adaptation des locaux en hausse de 50% par rapport au X1.

 

Nous nous questionnons désormais sur la pérennité partielle ou totale du site de la COMBAUDE mais aussi sur la performance réelle de la Logistique France généré par le projet RLF2.

Nous avons demandé qu'une présentation plus détaillée de la situation soit faite dans une prochaine réunion CCE, nous vous tiendrons informé.

 

Clermont-Ferrand, le 28 novembre 2017

 

T. Palou, élu CE,

"Négociation" pénibilité, second round

Le mercredi 22 Novembre, nous avons entamé la seconde et dernière réunion de négociation sur la prévention de la pénibilité. Contraint et forcé, nous avons relu en séance le projet d'accord fourni par l'entreprise deux jours avant.

 

Ce projet ne reprend pas nos propositions et ne chiffre pas ses ambitions 2018-2020. Par contre l'Entreprise met clairement en évidence le nombre de tâches très pénalisantes supprimées sur la période 2015-2017 laissant à penser que l'effort est en progression constante année après année...oui mais la fermeture du rechapage y a bien contribué en 2017.

 

Ce projet d'accord est en très grande partie la collection des processus mis en place par Michelin pour augmenter sa performance et qui contribuent par bonheur  à la prévention de la pénibilité.

 

Le petit nombre de réunions fixé unilatéralement par l'Entreprise prouve qu'elle souhaite remplir son obligation légale denégocier sans obligation d'accord. La seule avancée est la volonté de mettre en place un poste " Référent Pénibilité " à temps partiel.

 

La section CFE-CGC doit désormais décider de la signature ou non de cet accord, nous vous tiendrons informé.

 

Jeudi 23 novembre

 

Les négociateurs de la CFE-CGC

 

Retrouvez la synthèse de l'accord "Plan de départ volontaire" en cours de négociation" dans l'onglet PSE    aller à l'onglet PSE

CR de la Coordination* CHCST  du 14/11

 

L'Instance de Coordination* CHCST  s’est réuni le mardi 14/11. L'agenda de ce jour portait sur 3 sujets connexes :

  • la présentation du rapport d’expertise SECAFI (mandaté par les IRP), cf. CR CE ci-après
  • une information sur l’étude d’impact social sur les conditions de travail du cabinet SEGECO (mandaté par l'Entreprise) : En synthèse, il ressort que la priorisation des 9 familles d'impact à surveiller est quasi identique pour les managers et les managés, dans l'ordre décroissant suivant : Organisation, Compréhension du sens et des principes, Taches et activités, charge de travail…
  • une présentation du plan de prévention des risques psycho-sociaux du cabinet ALTERHEGO (mandaté par l’Entreprise) qui fait apparaitre une augmentation régulière du nombre de soutien psychologique individuel sans pour autant montrer un emballement du stress …"qui empêche de dormir".

 

T. Palou, lundi 20 novembre 2017

 

CR complet - réservé aux adhérents

 

 

COMPTE RENDU du Comité Central d'Entreprise du 14 novembre

Le cabinet SECAFI, qui a été mandaté par les organisations syndicales, a présenté son rapport de restitution. Une étude longue, fouillée, minutieuse.

Premier constat : il n’y a pas de justification économique, au sens juridique du terme, donnée par l’entreprise pour ce PSE. Et pour cause puisque tous les indicateurs économiques sont au vert : résultat opérationnel 2016 historiquement haut, malgré une contribution limitée des activités de spécialité, traditionnellement très rémunératrices pour le Groupe, très bon résultat net au premier semestre 2017, trésorerie  « optimale »…


Second constat : la suppression des 970 emplois clermontois aura des répercussions négatives sur la Métropole régionale, avec par ricochet la suppression estimée de 300 emplois indirects, notamment chez les prestataires SI, et 180 emplois induits. Michelin Développement mettra au pot environ 3 M€ pour revitaliser le bassin d’emploi.


Troisième constat : La réorganisation vise surtout à se concentrer sur 3 pôles majeurs :

  • Données  ou digitalisation
  • Process Internes « end to end » (Services support, logistique,…)
  • Efficacité décisionnelle (pactes compétitivité industrielle France, transformation Fonction Personnel (RH)…),

avec au passage une réduction drastique du nombre de managers puisque 35% des 970 suppressions correspondent à la réduction/mutualisation du nombre de managers… Cette réorganisation même focalisée n sur les 3 pôles majeurs, n’a rien d’une formalité : adaptation et harmonisation des SI à la nouvelle organisation, cohabitation entre des équipes internalisées et externalisées, équilibres à trouver entre central, directions opérationnelles, régions, Ligne Business, CBS…

Quatrième constat : Un volet accompagnement au changement sera déployé via une trentaine de CEP (Change and Empowerment Partner), chargés de la réalisation d’un plan d’accompagnement au changement de la structure qui leur est confiée. La réussite de cet accompagnement se mesurera autour de 5 thèmes : charge de travail, sens du travail, moyens de travail, modes managériaux, orientation client.

 

Conclusion : Si le nombre des suppressions de postes est précis (970 postes, soit 12% des effectifs clermontois), le reste du projet de réorganisation comporte aujourd’hui de nombreux points d’interrogation et de zones d’ombre. Le volet accompagnement et transformation reste pour le moment bien léger au regard des échéances calendaires qui se rapprochent à grand pas.

 

 

Mercredi 15 novembre 2017

 

Les élus CCE de la CFE-CGC

"Négociation" pénibilité

Le compte-rendu complet sur notre espace adhérent

 

Le 09/11 s’est tenue une négociation obligatoire pour toute entreprise de plus de cinquante salariés dont certains sont exposés au-delà des seuils prévus par la loi, en vue d'un accord sur la prévention de la Pénibilité. Le plan d'action qui avait été mis en place unilatéralement par l'entreprise suite à la non signature d'un accord en 2014 arrivant à son terme. 

 

Lors de cette première réunion, les organisations syndicales ont eu beaucoup de difficultés à comprendre l'ambition de l'entreprise pour les années à venir. L’entreprise est venue écouter nos demandes et n'a pas jugé utile, en introduction, de nous présenter le bilan de son plan d'action arrivant à terme.

 

En conclusion, à force de demander quelle est l'ambition de l'Entreprise, son représentant a finalement admis en fin de séance qu'il aura quelques éléments à la marge à proposer et que l'Entreprise veut continuer les actions engagées….en les renforçant éventuellement.

 

La recherche par l'Entreprise d'un accord n'est pas une évidence. Une seule autre réunion de 3h est prévue le 22 novembre.

 

 

Le 13 novembre 2017

 

 

T. Palou, D. Paccard, JC. Laourde, T. Bluteau, C. Daubercies.

Retour de l'enquête salaire CFE-CGC 2017

Voici le retour sur l’enquête salaires 2017. Merci à celles et ceux qui ont participé

 

Les points marquants de la politique salariale appliquée en 2017 :

 

  • Les augmentations moyennes annoncées ont été respectées, mais masquent de très fortes disparités entre niveaux de responsabilités (page 5). L’entreprise applique une politique différenciée selon le niveau aussi bien pour les collaborateurs que pour les cadres. Pourquoi ne pas le dire en toute transparence ?
  • Les salaires Michelin demeurent inférieurs en moyenne de 5,5% par rapport au marché et le rattrapage demeure marginal malgré une politique salariale supérieure à la moyenne du marché. La CFE-CGC demande la mise en œuvre d’un plan de recalage sur 5 ans des salaires sur les références du marché en France. Est-il inadmissible qu’une entreprise qui, à l’instar de Michelin, a une performance économique supérieure au marché, tire les salaires de ce même marché vers le bas ?
  • La suppression de la PGD s’est effectivement traduite par une profonde modification de l’attribution des augmentations (page 6).

La distribution de la part variable individuelle n’a pas évolué entre 2016 et 2017 : elle se situe à 83% du maximum (page 7)

 

lettre d'information novembre 2017

 

8 novembre 2017

Denis Paccard, Brigitte Juchet, Noël Morel

 

 

Nous avons actualisé notre cartographie des postes suite à notre dernière enquête salaires 2017.

Cette cartographie va probablement être profondément bouleversée par la mise en place de la nouvelle organisation. Nous l’actualiserons en 2018 et 2019 de manière à être en mesure de mesurer l’impact de la nouvelle organisation.

Nous pouvons remarquer que la structure des classifications des métiers de la RDI mise en place en 2016 est loin d'être complètement déployée, en effet de très nombreuses réponses sont "hors cadre".

Nous vous invitons à nous communiquer les informations dont vous disposez pour compléter ce document.

 

 

 

 Voir la nouvelle cartographie 2017

 

SYNTHESE DE LA 4e REUNION PSE (07/11)

Cette réunion a eu pour principal objectif la relecture de la proposition d'accord fourni par l'entreprise….. la veille à midi.

 

Les demandes non satisfaites de la CFE-CGC concernent principalement le personnel restant dans l'entreprise :

  • cas des affectations sur des postes non encore pesés,
  • cas des personnes affectées sur des postes à NRP inférieur au NRI,
  • vision de l'effort supplémentaire de formation 2018,
  • garantie d'une Part Variable Individuelle minimale sur 2018,
  • condition d'exécution et contenu de la commission de suivi de l'accord).

 

Durant la réunion avec l'entreprise, quasi toutes nos demandes concernant la forme (reformulation/précisions des paragraphes) ont été prises en compte.

 

S'agissant du fond, la CFE-CGC a argumenté fermement pour obtenir gain de cause…… mais nous n'avons rien obtenu de plus en séance.  

 

En conclusion, la CFE-CGC activera d'autres leviers pour obtenir des garanties pour le personnel restant et plus précisément concernent la mise en place d'un talon sur la part variable en 2018 (70% mini) et une vrai vision des moyens de formation prévus dès 2018 pour couvrir les changements de poste qui vont être multiples.

 

La prochaine et dernière réunion avec l'entreprise est prévue lundi 13 novembre après midi

 

 

Le 8 novembre

 

Les négociateurs : Laure Trinqual, Denis Paccard., Denis Andrieu, Thierry Palou

 

Questions posées lors des réunions CARSAT

Dans le cadre du PSE, l'entreprise a proposé aux salariés de rencontrer des spécialistes de la CARSAT qui gèrent les retraites des salariés. Nous vous donnons un résumé des questions posées et de leurs réponses.

 

voir le document

 

 le 6 novembre 2017

 

Laure Trincal, élue CE et déléguée du personnel

VACANCES DE NOEL : DE L’AGILITE POUR LES SALARIES. Fin ?

Suite aux réunions des Délégués du Personnel du mois d’octobre, voilà un point sur la situation concernant la possibilité de mettre des jours de récupération 2017 dans le CET pour les prendre la première semaine 2018 :

 

La « liberté » enserrée par de nombreuses lignes guide est plus complexe à exprimer qu’une règle tranchée (Type « pas de jours au CET » ) et l’entreprise a exprimé sa difficulté à traduire en mots clairs les consignes. Nous allons essayer de vous les résumer :

  • Si votre charge annuelle - et non un oubli de prendre régulièrement des vacances - a été telle que vous n’avez pas pu prendre tous vos congés 2017, demandez à mettre des jours dans le CET à hauteur de 10 jours maximum.
  • Si vous êtes en sous charge sur la fin de l’année (creux d’activité entre deux missions par exemple) vous devez poser vos jours de congé 2017 sur 2017.
  • Si il est nécessaire pour le service que vous voyiez présent sur la première semaine de janvier 2018, vous n’aurez pas l’autorisation de poser des jours sur cette période quelle qu’en soit la forme (CA, JDR…).
  • Si votre travail le permet, une charge effective possible en décembre et pas de nécessité de votre présence première semaine de janvier, vous pouvez exceptionnellement cette année 2017, demander à poser des jours 2017 sur le CET pour les prendre en début d’année 2018 sous réserve de l’accord de votre manager.

 

Notre conseil, avant la fin du mois d’Octobre – première semaine de novembre - si vous êtes intéressés par mettre des jours au CET, faites une demande écrite à votre hiérarchique (par mail par exemple) avec :

  • le nombre de jours total que vous désirez mettre au CET (moins de 10)
  • le nombre de jours de CET que vous prendrez la première semaine de janvier.  

et donnez en la justification succincte.  

 

Votre seul risque, c’est un refus de votre manager.

 

Certains managers ont anticipé les besoins de leurs salariés et ont ouvert la possibilité d’utiliser le CET pour poser des JDR 2017 sur la première semaine 2018 avant même la note du service du personnel. D’autres en ont parlé après. Ces managers ne devraient pas se dédire.

 

D’autres attendent une sollicitation de leurs managés. Il est à craindre que certains refuseront pour des raisons que seuls eux connaissent.

 

Si ce n’est pas clair, appelez votre délégué préféré…  

 

le 20 octobre

Vos délégués du personnel CFE-CGC 

 

 

CFE-CGC met en doute l'Efficacité du CICE

Pour la CFE-CGC, le rapport 2017 du comité de suivi confirme l’inefficacité du CICE. Il ne faut en attendre aucun effet positif si cet effort majeur consenti par la collectivité n’est pas orienté prioritairement vers l’investissement en France (innovation, recherche et développement et investissement productif), afin qu’il y ait un retour sur investissement réel pour notre pays.

 

Des inflexions fortes sont indispensables pour mettre fin à la gabegie du CICE. La CFE-CGC réitère ses demandes :

 

  • Mieux cibler les mesures de soutien à l’économie : la mise en place de dispositions favorables à la compétitivité des secteurs exportateurs est indispensable pour enrayer le déficit croissant de notre commerce extérieur,
  • Adopter des dispositions permettant de garantir un retour sur investissement des efforts consentis par la collectivité nationale et d’atténuer fortement les effets d’aubaine des mesures d’aide aux entreprises : La CFE-CGC prône des mesures fortes de réforme de la gouvernance des entreprises pour mieux prendre en compte leur intérêt social : mesures d’aide au renforcement de l’actionnariat salarié, augmentation de la représentation des salariés dans les organes de gouvernance

Sans ces mesures complémentaires déterminantes, les effets positifs du CICE sur l’économie et l’emploi se feront encore attendre longtemps !

 

Lire le texte complet

 

Pierre Jan

Confédération CFE-CGC

pierre.jan@cfecgc.fr

Présentation de la CARSAT dans le cadre du Plan de Départ Volontaire.

 

La CARSAT est venue présenter les services en ligne pour la retraite sur les sites de Cataroux (le 05 Octobre), de Ladoux (le 06 Octobre) et des Carmes (le 11 Octobre).

 

L’objectif de ces réunions d'information est de présenter les services en ligne de l’assurance retraite car une grande partie des opérations d’anticipation doivent s’effectuer en ligne.

 

Le personnel de la CARSAT est venu expliquer les modalités spécifiques mises en place pour répondre à l’afflux de demandes avec notamment une adresse mail dédiée.

 

lire la suite

 

 

Clermont -Ferrand Le 12 Octobre

Brigitte Juchet déléguée syndicale

compte-rendu de la reunion Officielle CE clermont-ferrand du 28 Septembre

La dernière réunion officielle CE a eu lieu le 28 Septembre 2017.

Les sujets suivants ont été abordés:

  1. Le nouveau principe d’organisation appelé "LEAN MANAGMENT"
  2. L’outil "inTouch" qui fédérera les besoins induits par la transformation de la "fonction Personnel", en regroupant les fonctionnalités de Chorus, E-Perf, job-posting, mylearning…
  3. L’activité de communication événementielle France-Bénélux.
  4. La situation comme suite à l’arrêt de "l’activité Rechapage"
  5. l’évolution de la table des emplois « Industrialisateurs matériaux centraux »
  6. Le bilan formation Professionnelle 2016.

Prendre connaissance de ce document dans notre onglet privatisé "Espace adhérents" rubrique "CE"

 

Clermont-Ferrand le 09 Octobre 2017

Vos élus CE de Clermont-Ferrand

PSE de Clermont-Ferrand

La deuxième réunion de négociation sur le PSE de Clermont-Ferrand a eu lieu le 26 Septembre 2017 et les Organisations Syndicales font un retour auprés des salariés des différents sites Clermontois (les Carmes, Ladoux, Cataroux et la Combaude).

 

Cette deuxième réunion d'échange s'est déroulée le 04 Octobre dans tous les sites.

 

Lire la suite et prendre connaissance des prochaines dates de ces réunions d'échange dans notre onglet "PSE".

 

Accéder à la présentation

 

Clermont-Ferrand le 06 Octobre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

Actualisation du fichier d'evaluation de l'opportunité du PSE

Nous avons actualisé notre outil de calcul de l’intérêt économique lié à l’adhésion au PSE.

Vous constaterez que la rentabilité économique s’est améliorée, aussi bien pour le cas type collaborateur NRP N que pour le cas type cadre NRP K.

 

Les 2 évolutions positives obtenues par la CFE-CGC concernent les 2 points suivants :

 

  • L’entreprise prendra en charge les cotisations retraite à hauteur de 100% du salaire dans la période de non activité payée 75%. Seules 2 cotisations demeurent à ce stade de la négociation à la charge des salariés. Seules 2 charges restent payées par le salarié : la cotisation retraite supplémentaire article 83 (0,2%) et la cotisation prévoyance: pour un collaborateur, l'ensemble représente  0,19% du salaire perçu dans la période non travaillée.
  • L’entreprise a accepté de reconstituer le salaire de référence à 100% du salaire dans la période de non activité payée 75% pour le calcul de l’éligibilité à la retraite supplémentaire Michelin (article 39) et du montant de la rente. De ce fait l’adhésion au PSE n’entraine plus d’impact négatif sur la retraite supplémentaire.

 

Nous agissons pour éclairer d’autres impacts potentiels du type retraite progressive, mise du 13e mois au CET, travail à temps partiel dans la dernière partie de la vie active …

 

Fichier exemple de calcul

 

Clermont-Ferrand, le 5 octobre 2017

Denis Paccard, délégué syndical

 Inauguration sous tension à l'usine de Tours

Suite à la rénovation d’une partie des ateliers, l'usine Michelin de pièces de production de Tours, sur l’ancien site de pneumatique Poids-Lourd, réduit de 1000 à 200 emplois, sera inauguré le mardi 3 octobre à 10h. Des hauts responsables de Michelin seront présents.

 

Dans ce contexte, les syndicats SUD et CGT appellent à la grève et au rassemblement devant l'usine mardi à 9h.

 

En effet l’entreprise veut modifier les horaires de travail des agents et pour cela a organisé dans un passé récent, des groupes de travail avec le personnel concerné. Cette première phase s’est soldée par un refus de la part du personnel de modifier ses horaires.  La direction a alors dénoncé l'accord local en vigueur, accord pourtant plutôt favorable à l’entreprise qui a valu à l’organisation syndicale signataire de disparaitre au niveau local, et ce afin d'obliger les organisations syndicales majoritaires actuelles à négocier, provoquant ainsi le mouvement de grève.

 

Dans cette situation complexe, la CFE-CGC a proposé qu’un expert puisse aider les organisation syndicales et l’entreprise dans la négociation, sur un sujet devenu très impopulaire. Il est nécessaire de sortir de cette situation tendue. Pour cela, il faut aussi que l’entreprise démontre sa volonté de négocier.

 

Le 2 octobre

 

Bruno Maillard, délégué syndical

Position confédérale sur la loi travail

Rappel pratique de l'intérêt du CE Michelin

 

Petit rappel des offres « temps libre » et aides diverses proposées par votre CE de Clermont-Ferrand (attention certaines sont sous conditions de dates limites).

lire la suite rubrique "sites" "Clermont - CE"

 

 

Clermont-Ferrand le 26/09/2017

Votre équipe d'élus CE de la CFE-CGC

Lettre d'information de septembre

En cette période de rentrée studieuse, tous les esprits sont tournés vers la
réorganisation du Groupe. Si nous partageons avec la direction le besoin de se rapprocher et de simplifier la vie du client, nous sommes en revanche très dubitatifs sur la nécessité de supprimer 1500 postes pour y arriver.

 

Dans le cadre du CCE, nous avons d'ailleurs mandaté un cabinet externe qui rendra ses conclusions mi-octobre quant à la justification économique de cette cure d'amaigrissement XL. Nous y voyons surtout une énième opération de réduction des coûts, dans la continuité de la politique menée depuis plusieurs années et au bénéfice exclusif des actionnaires.

 

Juridiquement, nous n'avons pas les moyens de nous opposer à ces suppressions. Aussi, nous allons concentrer notre énergie d'une part sur la négociation des conditions de départ des salariés partant en retraite et d'autre part sur les conditions de travail des salariés restant, en veillant notamment à la transmission des connaissances et à la charge de travail.

 

Ce second point est pour nous au moins aussi essentiel que le premier dans lequel souhaite nous cantonner l'Entreprise. Vous pouvez compter sur notre détermination et notre engagement.

 

Nous vous invitons à suivre l’évolution des discussions sur notre site rubrique PSE.


Et n'hésitez pas à nous remonter toutes vos interrogations et/ou cas individuels qui contribueront à avoir une vision globale et réelle de la situation.

 

 

lire la suite

la simulation d'impact du changement d'adhésion de la GPEC vers le PSE

 

Clermont-Ferrand le 18Septembre 2017

 

Dominique Bourgois Délégué syndical CFE-CGC

Infos intéressantes sur la retraite

La section CFE-CGC Michelin donne quelques informations intéressantes sur la retraite dans un document synthétique qu'elle vous a préparé.

 

 

Prendre connaissance de ce document dans notre onglet privatisé "Espace adhérents" rubrique "conseils".

 

Accéder à la présentation

 

Clermont-Ferrand le 17 Septembre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

PSE de Clermont-Ferrand

La première réunion de négociation sur le PSE de Clermont-Ferrand a eu lieu le 05 Septembre 2017 et comme pour le précedent PSE les Organisations Syndicales font un retour auprés des salariés des différents sites Clermontois (les Carmes, Ladoux, Cataroux et la Combaude).

 

Cette premiere réunion d'échange s'est déroulée les 13 et 15 Septembre suivant les sites.

 

Lire la suite et prendre connaissance des prochaines dates de ces réunions d'échange dans notre onglet "PSE".

 

Accéder à la présentation

 

Clermont-Ferrand le 16 Septembre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

 

Résultats Michelin 2016 - Analyse et perspectives

Le cabinet Secafi a produit pour le compte du Comité Groupe France un rapport en tout point remarquable sur la situation de Michelin. Tout y est passé au crible : évolution des marchés, situation concurrentielle, situation financière des acteurs, focus sur Michelin. Il donne une vision de la situation de Michelin différente de la communication « corporate ». Nous vous en livrons une version qui reprend les principaux éléments, disponible dans notre "espace adhérent".

 

Lire notre document - réservé aux adhérents

 

Clermont-Ferrand le 05 Septembre 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

Session d’échange sur la réorganisation du Groupe

MM Menegaux et Guillon, respectivement Directeur Général Executif et membre du CEG en charge de la gestion du personnel, se sont livrés à une séance de questions-réponses avec les salariés sur la réorganisation du Groupe le vendredi 21 juillet.

 

Lire notre Compte Rendu

 

Clermont-Ferrand le 25 juillet 2017

Votre équipe syndicale CFE-CGC

IS CHSCT * sur le PSE de Clermont-ferrand

 

* L’Instance de Coordination des CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) de Clermont Ferrand s’est réunie le 10 juillet pour aborder avec les représentants de l’entreprise les impacts sociaux et la prévention des risques psycho-sociaux liés à la réorganisation du Groupe et au projet de plan de départ volontaire.

 

Lire la suite dans la page PSE

 

Clermont-Ferrand, le 14 Juillet 2017

Jean-Christophe Laourde membre de la commission

Compte Rendu du CE extra-ordinaire sur le PSE

L’information officielle des élus CCE et CE Clermont-Ferrand  sur la réorganisation du groupe et du plan de sauvegarde de l’emploi a eu lieu le 6 juillet.

 

C’est le point de départ des négociations qui débuteront en septembre et qui se termineront courant novembre. 

 

Sur les 970 postes qui seront supprimés, nous avons compris que 35% sont des réductions du nombre de managers, 30% de délocalisation hors de France liée aussi à la réorganisation (exemple : la nouvelle équipe Ligne Business Auto constructeur aura son siège en Allemagne, et délocalisation d’une partie des services supports en Roumanie), 15% de gain de productivité, 20% due à la fin de certains de grands projets (projet OPE).

 

Les élus doivent vérifier le bien-fondé de la justification économique de la suppression de ces postes

Pour cela, les élus ont mandaté officiellement un expert externe à l’entreprise pour les aider à qualifier le plan de réorganisation et ses impacts qui seront principalement sur Clermont-Ferrand.

 

En parallèle de la négociation du plan de départs volontaires, les élus CFE-CGC challengeront l’entreprise sur les moyens pour conduire le changement et sur le respect de la qualité de vie au travail des salariés qui demeureront dans l’entreprise.

 

Votre équipe syndicale CFE-CGC, le 11 juillet 2017

 

Questions fréquemment posées sur le PSE en cours

Mixité : pas de discrimmination entre 2013 et 2016

L’entreprise Michelin a présenté au CCE une étude de l’INED (l’Institut National des Etudes Démographiques) sur les différences entre les hommes et les femmes portant sur les années 2013 à 2016 ayant pour thème les rémunérations et leurs évolutions et les promotions sur le périmètre Michelin France.

Les chercheurs de l’INED ont utilisé des traitements statistiques pour neutraliser les effets individuels notamment des niveaux de responsabilités et de l’âge.

La CFE-CGC analyse les chiffres présentés  de la manière suivante :

  •       Les écarts de rémunérations observés sont explicables par le niveau de responsabilité des personnes ou le type d’emploi. De sorte que la règle « A travail égal, salaire égal » est respectée globalement chez Michelin.
  •         Il existe dans la population cadre une différence de niveau de poste entre les hommes et les femmes dont seulement la moitié est liée à l’âge (la population des hommes est plus âgée).
  •       Depuis au moins 3 ans, il n’y a pas de discrimination statistiquement perceptible des femmes en ce qui concerne les augmentations de salaires et les promotions (changement de niveau de responsabilité). De ce fait, l’écart de salaire dans la population cadre diminue de 2 points de pourcentage sur la période passant de 16% en 2014 à 14% en 2016.
  •      Michelin rattrape lentement son retard sur les cadres à haute responsabilité. 

 

La CFE-CGC soutient ce type d’études qui permet à l’entreprise d’avoir un diagnostic étayé et externe de la situation. Elle démontre la volonté de transparence de l’entreprise sur le sujet.

Pour la CFE-CGC, cette dernière étude démontre statistiquement qu’il y a eu historiquement un biais lié au genre dans la gestion des carrières. Il conviendrait que cet historique soit traité.

 

Néanmoins pour la CFE-CGC, cette étude démontre également qu’aujourd'hui et collectivement l’entreprise est très au-dessus de la pratique nationale et est respectueuse de ses valeurs à savoir des femmes et des hommes qui travaillent pour elle.  

 

 Clermont le 10 juillet 2017

Chris Boyer Délégué Syndical

Plan Social de Clermont-Ferrand : quelques pécisions

Les organisations syndicales (0S) et l’entreprise vont commencer à négocier l’accord sur le Plan Social. Cette semaine l’entreprise présentera officiellement en CCE  extraordinaire le projet de réorganisation et ses impacts essentiellement sur Clermont-Ferrand. Beaucoup de choses peuvent changer, c’est une négociation mais pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques informations.  

 

Les certitudes :

  • La négociation d’un plan social est enclenchée. Sa conclusion sera autour du mois de novembre pour une application prévue en décembre ou janvier.
  • Si le plan n’est pas validé par les OS, l’entreprise déposera le texte à la Dirrecte pour une validation administrative et pourrait donc s’appliquer tout de même.

Les points très hautement probables :

  • Le plan est limité à 970 personnes volontaires.
  • Il faut, pour en bénéficier, pouvoir partir en retraite – âge et durée de cotisation validés – le 31 décembre 2020 au plus tard.
  • Le fonctionnement : entre le moment de l’adhésion individuelle au plan et le départ à la retraite, 50% de la période sera faite à temps plein, payé à temps plein et 50% de la période sera non travaillée payée 75% du salaire.     
  • Les Indemnités de Fin de Carrière seront défiscalisées (pas d’impôts sur le revenu, sauf modification de la loi) mais chargées au delà de 2 PASS ie 78.5 k€ (sous couvert de validation administrative). Aucun plan proposé par Michelin n’a été invalidé dans le passé. L’entreprise a certainement déjà contacté la Dirrecte.

Suite à venir :

  • L’entreprise présentera à notre demande une étude des impacts de la réorganisation (organisation du travail, pratique managériale, climat relationnel, climat relationnel, accompagnement des nombreux changements de postes…) à la coordination des CHSCT de Clermont-Ferrand.
  • Négociation de l’accord de méthode du Plan social (nombre de réunions, thèmes des réunions, informations mise à disposition des OS …)

 

Votre équipe Syndicale CFE-CGC Clermont le 4 juillet 2017

MICHELIN annonce un plan de 970 départs volontaires à Clermont-Ferrand

Michelin prévoit un large plan de suppressions de 1500 postes sur la France et 970 postes (collaborateurs et cadres) à Clermont Ferrand. A l'occasion de l'annonce, Michelin a réaffirmé son engagement de réaliser ce plan sans licenciements, ni mouvement contraint et très majoritairement avec des départs anticipés pour les personnes partant en retraite d’ici le 31/12/2020; la CFE-CGC sera très vigilante sur ce point.

Pour atteindre cet objectif, Michelin prévoit la délocalisation de 290 postes hors de France. La CFE-CGC désapprouve cette décision concernant la part des postes délocalisée vers le « low-cost » (130 emplois environ).

L’entreprise souhaite se réorganiser pour faire davantage de croissance via le développement d’activités notamment celles utilisant le numérique. Pour cela, Michelin doit renforcer ses compétences, voire en acquérir de nouvelles sur ce domaine. Michelin compte embaucher plus de 1 000 personnes sur Clermont-Ferrand d’ici 2021.

Cette réorganisation intervient surtout dans un contexte de recherche d’amélioration des profits par réduction de la masse salariale. La CFE-CGC appelle donc la direction de Michelin à partager plus équitablement les profits complémentaires que ne manquera pas de générer cette nouvelle organisation.

L’effort conséquent qui sera demandé aux salariés qui resteront après ce plan pour mettre en place cette nouvelle organisation mérite une juste rétribution.

 

La CFE-CGC surveillera particulièrement la conduite du changement, notamment en ce qui concerne la transmission des connaissances. Elle veillera à ce que chacun trouve un poste correspondant à ses aptitudes et ses ambitions (elle n'acceptera aucune baisse contrainte de niveau de responsabilité). La CFE-CGC s’assurera enfin du respect d’une charge de travail acceptable pour les salariés restants. La réduction des coûts ne doit pas primer sur la santé des salariés.

 La CFE-CGC regrette les suppressions de postes sur Clermont-Ferrand mais a bien conscience du besoin de l’entreprise de se réorganiser. Le personnel concerné par le plan seront tous volontaires et bénéficieront d’avantages que la CFE-CGC négociera au mieux. Ce type de plan a toujours été accueilli favorablement par le personnel concerné par ces mesures d’âge dans le passé.

La CFE-CGC jouera pleinement son rôle en restant à l’écoute et en transmettant les besoins et les revendications des salariés.    

 

 Votre équipe Syndicale CFE-CGC Clermont le 23 juin 2017

Retrouvez des informations sur les négociations de l'intéressement site

sur les sites de :

Boulogne, La Roche sur Yon, Montceau, Roanne, Tours, Troyes, Vannes, sur nos pages SITE

 

Plan du Site

Site internet de la CFE-CGC Michelin : 

 

Bandeau gauche : Ce bandeau se répète dans toutes les fenêtres du site : outre un message d’accueil, vous y trouverez l’adresse de contact du délégué syndical central et du rédacteur en chef et pourrez nous communiquer vos coordonnées pour une demande d’adhésion. Vous trouvez également un bouton qui vous permet de télécharger directement notre dernier tract.

 

Fenêtre ACCUEIL : Cette fenêtre apparait à l’ouverture du site. Le ou les évènements récent(s) marquant(s) du moment

 

Fenêtre ACTUALITÉ : Notre regard sur l’actualité sociale récente dans l’entreprise ou au niveau national

 

Fenêtre NOS VALEURS : Présentation de la section CFE-CGC Michelin et de nos valeurs

 

Fenêtre ACCORDS : Convention collective du caoutchouc et principaux accords (ou non accords) d’entreprise régissant la relation employeur – salariés avec notre position. Les accords sont classés en 4 grands domaines :

  • Gestion de carrière et qualité de vie au travail
  • Rémunération et avantages sociaux
  • Temps de travail
  • Epargne salariale / retraite

 

Fenêtre CONSEILS : Nos conseils pour vous aider à vivre une relation gagnant-gagnant avec l’entreprise. Ils sont classés en 3 grands domaines :

  • Rémunération et la gestion de carrière
  • Temps et qualité de vie au travail
  • Epargne salariale - retraite

 

Fenêtre ENQUÊTES : Cette fenêtre sera activée temporairement lorsque nous lançons des enquêtes (par exemple salaires ou temps de travail) ou recherchons des informations ou des témoignages pour engager une action spécifique.

 

Fenêtre SITES : Vous y trouverez les coordonnées de nos principaux militants dans les sites où nous sommes représentés ainsi qu’une fenêtre de dialogue avec eux. Vous y trouverez également l’activité sociale locale de votre établissement.

 

Fenêtre ESPACE ADHÉRENTS : Cette fenêtre est réservée à nos adhérents et constitue un espace d’échange spécifique avec eux.

 

Fenêtre ARCHIVES : Nous conservons à votre disposition dans cette fenêtre les données historiques de notre action, en particulier les anciens tracts.

 

Fenêtre LIENS UTILES : Les adresses internet de la confédération CFE-CGC, ainsi que des adresses qui peuvent vous être utiles pour rechercher de la documentation sur des questions que vous vous posez.

Dernière minute

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Section CFE-CGC Michelin